Hommage à Daniel Roche (1935-2023)

Le bel hommage à double voix posté sur le site de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine rappelle la carrière et l’œuvre multiforme de l’historien Daniel Roche, qui vient de mourir, ce dimanche 19 février 2023, chez lui, à Paris, cette ville qu’il aimait tant. « Je suis Parisien et depuis cinq générations, je ne déteste pas la campagne et la nature, mais j’aime la ville et sa liberté et on ne parle bien que de ce que l’on aime » (avant-propos du Peuple de Paris, p. 6). J’évoquerai celui qui fut mon « maître » à partir de quelques mots qui dessinent sa personnalité si marquante et attachante : l’écoute chaleureuse, l’insatiable curiosité et l’ouverture d’esprit, l’infatigable travailleur, la générosité et le sens du partage, la liberté de pensée et l’engagement, une conscience de soi et du monde sensible.

Enseignant et chercheur, Daniel Roche pratiquait le partage comme allant de soi. Au tout début des années 1980, à l’université Paris I Sorbonne, il assurait avec Jean Jacquart, en alternance, un T.D. biface, urbain/rural ; les deux compères accompagnaient l’enseignement de paléographie dispensé par l’archiviste Pierre Gasnault, directeur de la Bibliothèque Mazarine. Quelques années plus tard, lorsque Daniel Roche me proposa de prendre en charge des T.D. de licence, il me confia sans hésiter les cours correspondants, écrits au tempo, à son habitude : théâtre, lecture, voyages, culture matérielle… la matière de ses futurs livres.

Le séminaire de recherche qu’il mena de nombreuses années en duo avec Jean-Claude Perrot fut un modèle du genre. La vivacité intellectuelle des deux historiens, qui se complétaient si bien, leur inépui­sable curiosité furent un apprentissage luxueux. Les exposés de Jean-Claude Perrot sur le luxe et l’économie politique, les pauvres et la pau­vreté à Caen, Vauban et Le Play, Mandeville, Vandermonde, les écono­mistes et le travail productif ; la lecture roborative de Daniel Roche des travaux britanniques sur la consommation, terra incognita à l’époque chez les historiens français, ses mises au point sur le luxe et Rousseau, les pauvres, le vêtement, le cabaret parisien, les budgets lyonnais… et son violon d’Ingres, l’histoire du cheval… Bref, l’incroyable richesse d’un lieu de recherche qui mêlait sans façon chercheurs débutants, doctorants, post-doctorants, collègues, aficionados, et qui se donnait comme but premier de « favoriser les échanges, le dialogue et la discussion entre tous les participants ». Le séminaire se poursuivit, en solo, au Collège de France.

Le partage, c’était aussi de concevoir la recherche comme une aventure collective, même lorsque le livre était écrit de sa main. La première phrase du Peuple de Paris (1981) est révélatrice de la personnalité de l’historien. « Ce livre est le résultat d’un travail collectif. » Avant de présenter son propos, la culture populaire, Daniel Roche rend hommage aux étudiants qu’il a dirigés plus de cinq ans. « Je suis donc de ceux qui utilisent le travail des étudiants, parce que je pense qu’entre eux et les professeurs passe une autre relation que la relation marchande et parce que je crois avoir toujours beaucoup à apprendre d’eux. […] Ensemble, il nous reste à faire œuvre fraternelle… et à ne pas nous ennuyer. » Fraternité et divertissement, deux maîtres mots qui ont dominé la vie d’un enseignant-chercheur des Lumières.

Natacha Coquery, université Lumière Lyon 2



Citer ce billet
AHMUF (2023, 22 février). Hommage à Daniel Roche (1935-2023). AHMUF _ Association des Historiens Modernistes des Universités de France. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/awa3

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search