Femmes intermédiaires dans les sphères artistiques XVIIe-XVIIIe s, journée d’études, appel 31 janvier 2023

dans le cadre d’une journée d’études en histoire de l’art moderne, consacrée aux femmes intermédiaires dans les sphères artistiques des XVIIe-XVIIIe siècles, je vous adresse cet appel à communication. La journée se tiendra à Paris à l’Institut national d’histoire de l’art le jeudi 8 juin 2023 et les propositions de communication (entre 400 et 500 mots) doivent être envoyées, accompagnées d’une courte biographie à l’adresse suivante : femmes.intermediaires@gmail.com. La date limite d’envoi est fixée au 31 janvier 2023 (inclus). Le comité scientifique se compose de Mesdames Christine Gouzi (centre André Chastel, Sorbonne Université) et Séverine Sofio (CNRS, CRESPPA, UMR 7217). Les candidat.e.s seront informé.e.s au plus tard de leur sélection au 31 mars 2023. Ces communications pourront se faire en anglais et en français dans la limite impartie de 20 minutes et seront suivies d’échanges avec le public.

Voici l’extrait de l’appel à communication et vous trouverez en pièce jointe l’intégralité de cet appel (avec bibliographie et contacts) publié également en ligne sur le site du centre André Chastel :

Depuis de nombreuses années, les expositions consacrées aux femmes artistes renouvellent le regard porté sur les femmes comme actrices de l’art. Elles réinterprètent ainsi la question volontairement provocatrice posée en 1971 par Linda Nochlin : « Pourquoi n’y-a-t-il pas eu de grands artistes femmes ? ». Si les travaux amorcés par cette question ont permis de mettre en lumière nombre de figures féminines de l’art, le rôle des femmes comme intermédiaires au sein des différentes sphères artistiques est beaucoup moins l’objet de l’attention des historiennes et historiens de l’art. Un ouvrage très récent (F. Duhautpas, C. Foucher Zarmanian, H. Marquié, 2022) a ouvert une voie en explorant, principalement pour les XIXe-XXe siècles, le rôle des femmes comme médiatrices des arts. Il nous apparaît tout aussi fécond d’appliquer cette interrogation aux deux siècles précédents. En effet, la période moderne correspond à un moment charnière de développement du marché de l’art européen s’accompagnant d’une croissance spectaculaire du nombre d’intermédiaires dans ces réseaux. Définis en 1987 comme « l’ensemble des individus qui assument des responsabilités entre les individus – présents ou passés – et le public […] » (A. Chastel et K. Pomian, 1987), les intermédiaires ont bénéficié depuis lors d’un intérêt continu en histoire de l’art. Pour autant, la place et le rôle des femmes non-artistes au sein des « mondes de l’art » (H. Becker, 1982) de la première modernité restent à (d)écrire et la notion d’intermédiaire doit désormais se décliner au féminin.

En partant du postulat que les femmes ont su élaborer des stratégies d’actions en dépit des contraintes imposées par les lois et les mœurs, nous souhaitons questionner leur insertion dans un système en apparence discriminant. Qu’elles soient collectionneuses, amatrices éclairées, critiques d’art, marchandes mercières, restauratrices, éditrices, négociantes de tableaux, d’estampes, colporteuses, comment ont-elles contourné ou surmonté les obstacles imposés à leur sexe pour exercer ces différents rôles dans les sphères artistiques entre les XVIIe et XVIIIe siècles ? Ces obstacles sont-ils identiques pour toutes ? Comment leur agentivité leur permet-elle d’exercer un rôle et d’assumer des responsabilités entre le public, l’œuvre et l’artiste ? Ces parcours de femmes intermédiaires sont-ils des exceptions dans un monde d’hommes ou ne forment-ils pas une population invisibilisée par les sources et la norme ? Que nous apprennent leurs succès et leurs échecs sur les dynamiques socio-culturelles et institutionnelles à l’œuvre dans ces sociétés ? Cette journée souhaite également embrasser la place des femmes au sein de réseaux dans une perspective horizontale (corporations, salonnières, etc.) et verticale (mécènes, « femmes de », etc.).

Ces questions invitent les chercheuses et les chercheurs à s’inscrire dans les méthodes développées par les études de genre qui encouragent la pluridisciplinarité, plus à même d’ouvrir des perspectives nouvelles tant en histoire de l’art que dans les autres disciplines des sciences humaines (histoire, sociologie, économie, droit, philosophie, lettres, musicologie, etc.). Seul un tel croisement permet d’appréhender la difficulté majeure de ce sujet : la pauvreté documentaire.

La présente journée d’étude aura pour objectif de dresser un état de la question pour la période moderne et ce dans différentes sphères artistiques (beaux-arts, arts décoratifs, critique d’art, musique, littérature, etc.). Dans la continuité des travaux qui éclairent la présence des femmes dans les milieux artistiques, il s’agirait de présenter des parcours féminins ou des études réticulaires pour les XVIIe et XVIIIe siècles. Loin de vouloir élaborer un discours qui placerait ces figures féminines en marge des réseaux de productions artistiques, les communications intègreront ces parcours spécifiques comme parties prenantes de ces sphères car indispensables à leurs bons fonctionnements.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search