Faire corps autour de l’affliction. Histoire et herméneutique réformée de l’épreuve (XVIe-XVIIIe siècle) 

Journée d’étude internationale Faire corps autour de l’affliction. Histoire et herméneutique réformée de l’épreuve (XVIe-XVIIIe siècle) organisée par Chrystel Bernat et Véronique Ferrer à l’École pratique des hautes études, le 16 septembre 2022 (Sorbonne, esc. E, salle Delamarre D 059).
 

Présentation

Dans l’Europe des réformes, l’herméneutique biblique et patristique des tribulations humaines, que théologiens et croyants appréhendent en termes d’« afflictions », trouve à se développer en contexte de persécutions confessionnelles et de guerres politico-religieuses. La littérature dévotionnelle et pastorale, qui accompagne les drames politiques et sociaux-confessionnels, cherche à répondre aux vicissitudes du temps, se spécialisant dans l’interprétation des tourments et la consolation des épreuves. Aux côtés des traditionnelles préparations à la maladie, à la mort, au deuil, à la repentance, se déploie un discours militant à l’adresse des communautés éprouvées qui entend faire de la souffrance le fondement d’une identité chrétienne combative. 

Dans un langage paulinien exploité à larges mains par la littérature chrétienne, de Tertullien au traité moderne, L’armure de patience en adversité (1530), les pasteurs réinterprètent les persécutions à la lumière de l’histoire biblique. Sous l’influence de Calvin, ils radicalisent le paradoxe chrétien de l’affliction glorieuse en considérant l’épreuve comme un instrument de la grâce divine, un témoignage de son amour, une preuve paradoxale de l’élection du croyant. L’origine fondamentalement biblique de l’affliction sert alors d’écrin à une herméneutique volontiers partisane. Au fil des publications, les textes exaltent unanimement une spiritualité de l’affliction sur la base d’une eschatologie gratifiante afin de donner à des Églises réformées contestées de reconsidérer leur sort, et de conforter une identité confessionnelle qui puisse à partir de l’histoire scripturaire trouver toutes les raisons et le motif d’en découdre.

En explorant le thème de l’affliction, l’enquête souhaite s’emparer de cette forme de catégorisation rhétorique, théologique et militante des malheurs huguenots, destinée à forger une identité de combat. Comment ministres et fidèles cherchent-ils à faire de l’affliction une épreuve qualifiante ? Quels en sont les soubassements idéologiques, les arguments historico-bibliques et les déclinaisons langagières ? Comment la notion sert-elle à faire communauté dans l’adversité ? Comment les ministres mais tout autant les poètes et les dramaturges en usent et la relaient pour faire valoir l’union et la fidélité à la Réforme ?  Plus fondamentalement, il s’agit de chercher à comprendre comment l’affliction, sous-tendue par une théologie de l’épreuve, du martyre et de l’élection, devient une manière protestante de faire société. Cela à partir de corpus variés (manuels de dévotion, méditations, mémoires, prières poétiques, tragédies bibliques, martyrologes, écrits polémiques, sermons, traités théologiques) et dans des contextes historiques dissociés : persécutions des décennies d’émergence et de structuration du calvinisme 1530-1560, guerres civiles de la seconde moitié du XVIe siècle d’abord (1562-1598), puis répression pré-révocatoire des années 1650-1685, Désert, exils et temps de clandestinité s’étirant jusqu’au XVIIIe siècle.

 
PROGRAMME
 

Faire corps autour de l’affliction

Histoire et herméneutique réformée de l’épreuve

(XVIe-XVIIIe siècle)

 

École pratique des hautes études

Sorbonne, escalier E, 1er étage, salle Delamarre (D 059)

45-47, rue des Écoles – 75005 Paris

Vendredi 16 septembre 2022 

9h-17h30

9h Accueil

9h15 Chrystel Bernat (Institut protestant de théologie), Véronique Ferrer (Université Paris-Nanterre) 

Introduction

 

Présidence Olivier Millet (Sorbonne Université) 

9h30 Natalia Wawrzyniak (Université de Lausanne) 

« Les lamentations des élus et des damnés dans le théâtre militant réformé de l’espace romand (1520-1570)

10h15 Olivier Christin (École pratique des hautes études – PSL / Université de Neuchâtel) 

« Tyrannie et devotio : le retour de Mucius Scaevola (1531) »

10h45-11h15 : Pause

11h15 Frank Lestringant (Sorbonne Université)

« Faire corps à Sancerre au lendemain de la Saint-Barthélemy » 

 

12h Déjeuner

 

Présidence Hubert Bost (École pratique des hautes études – PSL)

14h30 Daniela Solfaroli (Institut d’histoire de la Réformation, Genève) 

« Stigmates. Calvin ou l’école des afflictions pastorales dans la Défense de Charles Drelincourt (1667) »

15h15 Naïma Ghermani (Université Grenoble Alpes)

« Les « Trostschriften » et la thématique de l’exil : reconstituer une communauté dispersée dans l’Allemagne du XVIIe siècle »

16h-16h15 : Pause

16h15 Ruth Whelan (Maynooth University, Ireland)

« De profundis : psaumes du cachot. Le psautier existentiel du galérien Élie Neau »

17h Olivier Millet (Sorbonne Université)

Conclusions


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search