Congrès International « La Renaissance en Europe dans sa diversité » (Nancy, 10-14 juin 2013)

Congrès International « La Renaissance en Europe dans sa diversité »
(Nancy, 10-14 juin 2013)
Campus Lettres, Boulevard Albert Ier, Nancy
Campus Faculté de Droit, Place Carnot, Nancy

Organisé par sept équipes de recherche de l’Université de Lorraine, le Laboratoire d’Histoire de l’Architecture Contemporaine/ENSA‐Nancy (LHAC) et l’Association Journées Européennes de la Culture Juive‐Nancy (JECJ)

Définie par ses acteurs mêmes comme une résurrection des arts et des lettres en rupture avec la période médiévale et en lien avec l’Antiquité retrouvée, la Renaissance a vu s’élargir considérablement ses contours depuis lors. La principale raison tient à la production soutenue de travaux historiographiques depuis les ouvrages pionniers de Jules Michelet, Introduction à la Renaissance, 1855 et de Jacob Burckhardt, La civilisation de la Renaissance en Italie, 1860. Un siècle et demi plus tard on ne pense plus que la Renaissance soit un brusque avènement des temps nouveaux qui aurait eu la péninsule italienne comme phare majeur ou unique, faisant rayonner ses lumières modernes sur une Europe encore engoncée dans le préjugé, l’archaïsme et l’ignorance. Avec les écrits fondamentaux de Jean Delumeau, l’école anglo-saxonne conduite par John Hale, The civilization of Europe in the Renaissance, 1993 et Peter Burke, La Renaissance européenne, Paris, Seuil, 2000 a puissamment contribué à démontrer à quel point les foyers renaissants furent multiples dans toute l’Europe et plus encore combien les continuités étaient au moins aussi fortes que les ruptures, les paradoxes internes, les résistances ou oppositions à la diffusion d’un modèle culturel passionnantes à envisager ; les expressions d’une certaine mélancolie voire d’un certain désenchantement y cohabitent avec la confiance et l’optimisme affichés. Selon l’expression d’Eugenio Garin, s’intéresser aux diverses mutations à la Renaissance, c’est désormais étudier «toutes les contradictions d’un monde qui change ». La récente publication de la synthèse de Pascal Brioist, La Renaissance, Paris, Atlande, 2003, offre un panorama érudit et savant sur toutes ces dimensions.
Le Congrès international et pluridisciplinaire qui se tiendra à Nancy du 10 au 14 juin 2013, organisé par différentes équipes et laboratoires de recherche de l’Université de Lorraine et un laboratoire de l’ENSA-Nancy pour accompagner les manifestations de la Mission Nancy Renaissance 2013, n’aspire pas à être une nouvelle rencontre autour des éléments communs ou des normes culturelles, artistiques ou techniques déjà bien connus. Prenant appui sur les acquis évoqués ci-dessus, notamment la réalité d’une Renaissance polycentrée dans laquelle les échanges et les contributions mutuelles et réciproques sont essentiels, le souhait des organisateurs est de porter une attention prioritaire aux diversités à la fois temporelles et géographiques, de réfléchir à la notion de recomposition culturelle et aux débats et controverses qu’elle manifeste, de porter le regard sur les spécificités émergentes et les audaces sinon plus méconnues et cachées, en tout cas moins souvent privilégiées par les études. L’Europe n’a pas été également touchée par les innovations et transformations, toute une série de décalages existent du fait de l’éloignement géographique vis-à-vis des principaux pôles ou de l’existence de traditions locales fortes, parfois même de résistances. L’objectif du Congrès consiste donc à mettre en synergie les recherches qui, à l’échelle du continent, révèlent ces nouveaux franchissements.

Programme ici


Vous aimerez aussi...