Hommage à Arlette Jouanna (1936-2022)

Arlette Jouanna nous a quittés le 29 janvier 2022, avec une discrétion tout à son image qui contraste de manière saisissante avec la place éminente qu’elle occupait au sein de la communauté des historiens modernistes, dans le souvenir des générations d’étudiants qu’elle a formés et avec la trace indélébile que son œuvre laissera dans l’historiographie.

 

A l’issue d’études brillantes, Arlette Jouanna s’était d’abord destinée à une carrière d’angliciste avant de se consacrer à l’histoire. Normalienne et agrégée, elle avait alors entrepris la préparation d’une thèse d’Etat à la Sorbonne sous la direction de Roland Mousnier, où toute une génération d’historiens modernistes était alors en formation. Elle y avait rapidement acquis une place et une autorité si singulières qu’Yves-Marie Bercé, alors son condisciple, devait rappeler bien des années plus tard, dans une allocution prononcée à l’occasion d’une cérémonie organisée pour son départ en retraite, qu’elles lui avaient valu le surnom de « petite déesse » au sein d’un séminaire aux débats forts relevés.

 

Suivant son mari Paul, c’est à Montpellier qu’elle avait exercé dès 1968, à l’Université Paul Valéry, où elle gravissait rapidement tous les échelons pour devenir professeur d’histoire moderne en 1978, trois années après la soutenance de sa thèse consacrée à l’idée de race en France au XVIe siècle et au début du XVIIesiècle. Soucieuse d’accorder tout le temps nécessaire à l’éducation de ses enfants, elle avait attendu 1989 pour publier son premier ouvrage majeur, Le devoir de révolte, unanimement salué pour l’approche novatrice qu’il développait sur les motivations politiques des prises d’armes nobiliaires de la première modernité. Et tout au long de ces deux décennies, elle délivrait à ses étudiants un enseignement passionnant et passionné, suscitant chaque année de multiples vocations traduites dans un nombre considérable de mémoires de maîtrise annuellement soutenus sous sa direction. 

 

Celles et ceux qui ont eu la chance de bénéficier de ses conseils ont tous été marqués par sa profonde gentillesse, son réel dévouement, son souci permanent et prononcé de transmettre à la fois sa passion pour le XVIe siècle, son exigence sur le plan méthodologique et sa détermination à inculquer à ses élèves le goût de la rigueur et de la clarté. Il n’était pas rare, avec elle, de pouvoir bénéficier d’un rendez-vous de trois heures pour échanger sur les travaux en cours. Elle ne comptait pas son temps et ses doctorants, en particulier, ont pu ainsi bénéficier de sa grande générosité intellectuelle qui se doublait à leur égard d’une bienveillance quasi-maternelle.

 

De manière fort prématurée, en 1993, elle avait décidé de faire valoir ses droits à la retraite, en vertu du bénéfice que lui procurait son entrée précoce dans la carrière, associé à l’éducation de ses quatre enfants. Elle était, disait-elle, épuisée par l’augmentation galopante des responsabilités administratives dévolues aux professeurs des universités qui l’éloignaient de plus de plus de sa passion pour la recherche. Et de manière paradoxale, c’est en effet après l’obtention de son éméritat qu’a pu se déployer, avec une ampleur encore plus considérable qu’auparavant, tout son talent d’historienne. 

 

De sa monumentale Histoire et dictionnaire des guerres de religion (1998), qui fait toujours autorité, en passant par sa France de la Renaissance (2001) et son magnifique ouvrage sur la Saint-Barthélemy, qui est venu clore de manière convaincante, en 2007, des siècles de débats incertains sur le rôle joué par le roi dans cet événement majeur des guerres civiles françaises, jusqu’à ses plus récents opus consacrés au pouvoir et au prince absolus (2013 et 2014), sans parler de sa biographie de Montaigne parue en 2017, Arlette Jouanna a alors pu laisser s’exprimer toute sa maîtrise de l’histoire politique, sociale et religieuse des XVIe et XVIIesiècles, déployant avec une clarté sans égal, sur des sujets pourtant des plus complexes, une réflexion souvent neuve et toujours convaincante, nourrie au plus près des sources et fondée sur une maîtrise bibliographique exceptionnelle. Quand la pandémie l’avait contrainte au confinement, l’un de ses plus grands désespoirs était de ne plus pouvoir se rendre, comme elle le faisait toujours plusieurs fois par semaine, à la bibliothèque universitaire.

 

Ces ouvrages très largement salués par la critique lui ont valu de nombreuses récompenses, et en particulier, parmi d’autres, le prix Chateaubriand 2013 pour son livre sur le pouvoir absolu. Alors qu’elle avait repoussé à maintes reprises certains honneurs et propositions académiques qui lui avaient été offerts, elle avait alors dû accepter d’être dans la lumière, qu’elle n’avait jamais recherchée, préférant s’adonner à l’écriture dans son refuge de Montferrier-sur-Lez, avec pour seule satisfaction de pouvoir communiquer, à travers ses livres, sa passion pour le XVIe siècle. La reconnaissance dont elle bénéficiait auprès de ses collègues était telle qu’à un âge peu ordinaire elle avait encore participé à une soutenance d’habilitation à diriger des recherches en septembre 2020 ! Et c’est avec surprise et non sans gêne qu’elle avait appris, le 1er janvier de cette même année, son élévation au grade de Chevalier dans l’ordre de la Légion d’honneur. Sous la pression, elle avait fini par accepter de la recevoir des mains de sa complice de toujours, Anne-Marie Cocula, presque en catimini et seulement entourée de quelques élèves, amis et membres de sa famille, dans une toute petite salle de l’Université Paul Valéry en octobre 2020. Ce fut, pour certains d’entre nous, la dernière occasion de la revoir.

 

Abandonnée par ses forces, mais l’esprit toujours agile, Arlette Jouanna a eu le temps d’achever un dernier ouvrage, Le Sang des princes, qui paraîtra chez Gallimard à l’automne prochain. Ce sera pour nous tous une ultime chance de bénéficier de sa connaissance si fine d’un siècle sur lequel elle avait encore tant à nous apprendre. Elle repose désormais dans les Pyrénées, aux côtés de son mari disparu en 2013. Nous n’aurons plus la joie de la voir et de l’entendre, mais nous continuerons à la lire et à perpétuer son souvenir.

 

 

Hugues Daussy

Professeur d’histoire moderne

Vice-président de l’Université de Franche-Comté


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search