Appel à communication – Journée d’étude : De l’apport du graphe dans l’analyse de réseaux

Appel à communication – Journée d’étude : DE L’APPORT DU GRAPHE DANS L’ANALYSE DE RÉSEAUX

8 novembre 2013 – 9h-18h

Maison de la Recherche
S. D 155
Université de Toulouse
Labex SMS-Opération 6
Terrain de recherche en pleine expansion depuis un certain nombre d’années, l’analyse des réseaux en histoire permet de porter un nouvel éclairage sur un grand nombre de thématiques en particulier sur les relations personnelles et les structures de pouvoir. Dans ce contexte, la représentation graphique a souvent été mise de côté à cause de sa difficulté mais aussi, parfois, de son manque de lisibilité et de son incapacité à refléter la diachronie des réseaux étudiés. Par nature, les réseaux sont évolutifs alors que leur représentation graphique se réduit à n’être qu’une photographie prise à un moment donné. Une fois ce constat posé, il convient de se demander si l’on ne peut pas porter un nouveau regard sur l’utilisation du graphe, au-delà de ces contraintes fortes. Et ce d’autant plus que de nouveaux outils informatiques sont venus faciliter l’élaboration des graphes. C’est ce que propose cette journée d’étude en considérant le graphe non plus comme un objet répondant aux objectifs fixés par le chercheur mais comme une source de questionnements permettant d’élaborer des pistes de recherche.

Pour mener à bien cette réflexion plusieurs axes d’analyse sont possibles :

– la centralité des personnes au sein d’un réseau passe par l’étude des chemins utilisés pour accéder à telle ou telle personne. Alors que certaines personnes ont des liens directs entre elles, d’autres doivent passer obligatoirement par un intermédiaire pour accéder à la ressource visée. Se dégage ainsi une certaine hiérarchisation dans les relations qui peut se révéler bien différente de celle posée au départ d’une recherche et que seul le graphe fait surgir.

– la distance entre les personnes : le lien est-il direct ou se compose-t-il de nœuds ? Dans ce dernier cas combien y a t-il de nœuds entre deux personnes ? La question du nombre de nœuds pose alors le problème de l’intensité de la relation entre les deux personnes situées à l’extrémité de la chaîne : un grand nombre de nœuds signifie-t-il pour autant un lien distant ou faible entre deux personnes ?

– les degrés d’importance de chaque lien (lien fort – lien faible) qui peuvent être établis en fonction de leur nature (familial, économique, politique, amical…) ou de leur intensité. Cela fait apparaître d’éventuels recoupements entre les différents liens (des liens économiques se recoupent-ils avec des liens politiques ?). L’élaboration des matrices rend possible la hiérarchisation des données en fonction du thème de recherche afin de faciliter le questionnement.

– la mise en évidence des différents sous-groupes au sein des réseaux pose la question du nombre de personnes faisant le lien entre ces différents groupes

– la reconfiguration des réseaux : l’analyse de deux graphes à des époques différentes permet de voir les éventuels changements opérés dans la structure des réseaux mais surtout les raisons de ce changement s’il y a lieu (par exemple : apparition d’un nouvel individu qui oblige les acteurs à repenser leurs stratégies relationnelles pour garder les avantages acquis jusque là). Les changements autant que l’absence de changement représentent des éléments fondamentaux pour comprendre l’évolution du réseau. Les changements révèlent les évolutions mises en œuvre dans les stratégies ou encore l’impact des variations des contextes (politique, économique, social…). Ce qui était perçu comme une faiblesse de la représentation graphique des réseaux (son caractère figé) devient alors un atout.

L’analyse des représentations graphiques se situe donc bien au cœur de l’étude des réseaux. Cependant elle comporte aussi des limites liées
essentiellement aux données qui composent les matrices (sont-elles suffisantes pour établir un lien ? pour définir son intensité ? quelle objectivité dans le choix du chercheur ?…) sur lesquelles il sera sûrement nécessaire de revenir.

Cet appel à communication est ouvert à toutes les sciences sociales (histoire, sociologie, anthropologie …) et les contributions pourront faire l’objet d’une publication dans les Cahiers de FRAMESPA.

Les propositions sont à envoyer avant le 15 septembre à l’adresse suivante : emiliesenmartin@gmail.com

Responsables : Michel Bertrand (FRAMESPA, Université Toulouse II le Mirail-
IUF), Emilie Senmartin (FRAMESPA, Université Toulouse II Le Mirail)


Vous aimerez aussi...