Les cinq sens de la ville du Moyen Âge à nos jours

CouvertureEmmanuelle Retaillaud-Bajac, Robert Beck, Ulrike Krampl (dir.), Les cinq sens de la ville du Moyen Âge à nos jours, Tours, PUFR, 2013.

Les sens font la ville. Les sens fondent en effet la réalité sociale de l’espace. La ville se voit et s’entend, elle s’aperçoit par les odeurs et les saveurs ; elle engage le toucher par les matériaux et formes qui la composent et le mouvement animé des êtres qui y évoluent. Doté d’un paysage sensoriel propre, l’urbanité d’un lieu se sent, se ressent comme une expérience intime et sociale, faites d’attentes culturelles et affectives : c’est l’ambiance de la ville. L’appareil sensoriel dont est doté le corps humain est façonné par la société dans laquelle vit l’individu ; la faculté sensorielle des citadins peut ainsi être comprise comme une modalité (à la fois charnelle et culturelle) de la présence au monde, de l’engagement dans l’espace social de la ville. Réfléchir sur les cinq sens de la ville amène à réfléchir sur l’ordre social et politique de l’espace urbain. C’est aussi comprendre que la ville façonne les perceptions sensorielles par une gestion, une administration et un contrôle des sens. De la ville médiévale à la « ville durable » de nos sociétés actuelles, la ville est sensuelle.

Sommaire ici


Vous aimerez aussi...