Les brigands. Criminalité et protestation politique (1750-1850)

CouvertureValérie Sottocasa (dir.), Les brigands. Criminalité et protestation politique (1750-1850), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, 248 p., ISBN : 978-2-7535-2182-7.

Brigands dissimulés dans les forêts, guettant les voyageurs qui s’attardent à la tombée du jour ; hommes hirsutes, le visages barbouillé de noir et armes au poing, mais aussi chouans en Vendée, Bretagne ou dans les montagnes du Massif Central, autant de silhouettes inquiétantes qui ont marqué les contemporains de Robespierre. La Révolution Française n’a pas engendré le brigandage, qui existe depuis la haute Antiquité, mais elle a été marquée par une poussée fiévreuse de cette forme de délinquance depuis la Grande Peur de l’été 1789. À partir de 1793, le refus de la conscription militaire a jeté une partie de la jeunesse dans les bras de ces rebelles. Les difficultés économiques et sociales ou encore les affrontements politiques ont aussi contribué à l’aggravation du phénomène. Le brigandage est devenu un mal absolu sous le Directoire puis sous le Consulat, en un temps où la restauration de l’ordre devenait une priorité politique. Mais qui étaient ces «brigands»? Des délinquants de droit commun s’attaquant aux voyageurs et aux propriétés, violents jusqu’à la barbarie envers leurs victimes? De pauvres gens, jetés sur les routes par la misère? Des opposants politiques qui rejetaient brutalement les idées de la Révolution et les ruptures sociales qui en découlaient? Ou encore des insoumis, rejetant les différentes formes de l’autorité d’un État toujours plus centralisateur et normateur?

Omniprésent, le brigand est un personnage de premier plan sous la Révolution, mais sa réalité reste difficile à cerner. Plusieurs lois répressives se concentrent sur cette forme de délinquance sans parvenir à en donner une définition claire. C’est l’un des objets de ce livre que de fournir des pistes pour mieux appréhender les différentes formes de criminalité et de violence que recouvre le phénomène du brigandage. Entre Mandrin, brigand populaire du milieu du XVIIIe siècle, contrebandier défiant l’état et Robin des bois des Lumières, et les bandes de royalistes assassinant les patriotes dans les bocages de l’Ouest ou les montagnes du Midi, peut-on trouver des solutions de continuités ? Comment expliquer l’image paradoxale du brigand, homme sauvage et ennemi du bien public mais aussi rebelle romantique auquel la littérature du XIXe siècle réservera une place de choix ? Cet ouvrage tente de montrer le hiatus entre le mot et la réalité complexe du brigandage dans un contexte révolutionnaire large, celui de la France des années 1750-1850, période troublée et tendue d’où peuvent s’observer les tensions politiques et sociales qui ont engendré l’époque contemporaine.

L’ouvrage se compose de trois parties et de 11 chapitres

La Iere partie traite de l’identité complexe du brigandage; la IIe aborde la question des politiques répressives mise en oeuvre par l’état révolutionnaire contre le brigandage; la IIIe envisage de dresser un portrait du brigandage à l’apique de la Révolution et au cours du premier XIXe siècle à travers des exemples régionaux qui conduisent de la Bretagne à la Corse, en passant par l’Auvergne, le sud du Massif Central et les Pyrénées.

Les auteurs:

Philippe Bourdin, Professeur d’histoire moderne à l’Université Blaise Pascal (Clermont 2), directeur du Centre d’histoire « espaces et cultures », Président de la Société des Études robespierristes.
Laurent Delpuech, étudiant en Master d’histoire moderne à l’Université de Toulouse-II Le Mirail.
Roger Dupuy, Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Haute Bretagne Rennes-II, membre du centre de recherches sur les Sociétés rurales traditionnelles de l’Ouest armoricain (XVe-XXe), URA 1022 du CNRS.
Alan Forrest, Professeur d’histoire moderne à l’Université de York, et président de la commission internationale sur l’histoire de la Révolution Française.
Bernard Gainot, Maître de conférences en histoire moderne à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, habilité à diriger des recherches en histoire des mondes modernes.
Bérénice Grissolange, professeur d’Histoire-Géographie.
Marie-Catherine Huet-Brichard est Professeur de littérature française du XIXe siècle à l’Université de Toulouse-II Le Mirail, directrice de l’équipe de recherche « Littérature et Herméneutique » du laboratoire PLH (Patrimoine, Littérature, Histoire) de l’Université de Toulouse-II Le Mirail
Karine Lambert, Maître de conférences en histoire moderne à l’Université de Nice, membre de l’UMR Telemme, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Aix-en-Provence
Jean-Clément Martin, Professeur émérite à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, directeur de l’Institut d’Histoire de la Révolution française.
Sylvie Mouysset, Professeur d’histoire moderne à l’Université de Toulouse-II, membre du Laboratoire framespa, UMR 5136 du CNRS.
Francis Pomponi, Professeur des Universités à Aix-en-Provence et membre de l’UMR Telemme, Maison des Sciences Humaines de la Méditerranée, Aix-en-Provence.
Valérie Sottocasa, Maître de conférences en histoire moderne de l’Université de Toulouse-II Le Mirail, membre du laboratoire Framespa, UMR 5136 du CNRS.
Jean-François Soulet, Professeur émérite d’histoire contemporaine de l’Université de Toulouse-II Le Mirail et de l’Institut d’Études politiques de Toulouse.

Plus de documents ici


Vous aimerez aussi...