Repenser le Refuge

Nouvelles perspectives pour l’étude du protestantisme francophone
 aux Provinces-Unies à l’époque moderne

Colloque international
Université de Leyde, 25-26 octobre 2018

Organisé par Chrystel Bernat (Montpellier) et
David van der Linden (Groningue)

L’exil des protestants français aux Provinces-Unies a connu de multiples représentations au cours des siècles. Jusqu’à une époque récente, l’historiographie du Refuge présentait ces réfugiés soit comme des martyrs de la foi, soit comme des migrants aux contributions majeures, en particulier dans la République des Lettres. Au cours des trois dernières décennies, l’histoire du Refuge a pourtant été profondément réévaluée. Les réfugiés des Provinces-Unies ne sont plus présentés comme des hérauts de la pensée moderne ou des victimes de l’intransigeance religieuse, mais appréhendés dans les aléas et vicissitudes multiples de la diaspora, en qualité de migrants qui ont eu du mal à reconstruire leur vie loin de leur patrie, dans un pays qui leur était inconnu.

On peut cependant regretter que l’histoire du Refuge se lise encore trop souvent comme une histoire close, qui isole les réfugiés du monde qui les entoure, et qui ne déborde pas le cadre de la grande histoire protestante. Souhaitant rompre avec cette approche segmentée, ce colloque invite à repenser le Refuge de manière systémique, c’est-à-dire non plus de façon sectorisée mais au contact de tierces communautés, de milieux dissociés, et de ses préoccupations disparates. Il importe d’interroger les liens et la façon dont les migrants protestants dialoguent avec d’autres acteurs du Refuge, et de les saisir hors du seul monde des exilés. Il se fixe de mieux comprendre leur relation avec la société qui les reçoit, en comparant leur quotidien à celui d’autres groupes d’expatriés et d’autres centres du Refuge, en examinant l’effet de cette vie nouvelle dans leur relation avec leurs coreligionnaires restés dans le royaume. En d’autres termes, il s’agit d’extraire l’histoire du Refuge huguenot du monde franco-français et d’une lecture protestanto-centrée.

Or, on constate que l’histoire du Refuge néerlandais bénéficie déjà d’un souffle nouveau grâce à des recherches connexes. Car loin de n’être qu’aux mains des historiens du protestantisme français, le Refuge néerlandais se trouve exploré par nombre de chercheurs, historiens et historiens de l’art, musicologues et littéraires, qui en fouillent la richesse à partir de perspectives autres que religieuses. S’intéressant aux Français expatriés aux Provinces-Unies sans exclusivité confessionnelle, ces derniers se sont aperçus que les huguenots ont occupé une place de choix dans les phénomènes socio-culturels qu’ils étudient, en l’occurrence la circulation de la musique, la diffusion de la langue française hors du royaume de France, la parution des Mercures politiques et le déploiement de l’information, le développement de l’iconographie pamphlétaire, l’essor de la littérature et la manifestation des phénomènes enthousiastes qui gagnent les milieux orthodoxes du Refuge. À ce titre, il leur a fallu dialoguer avec l’historiographie du protestantisme français pour mieux comprendre le lien qui les relie aux phénomènes et milieux qu’ils étudient.

Ces travaux récents nous engagent à repenser l’histoire du protestantisme français hors de France. Quelle autre histoire émerge de ces nouvelles perspectives ? Comment ces nouvelles études et ces disciplines rencontrent et renseignent l’histoire du protestantisme francophone ? Ce décentrement suggère aussi de repenser les sources du Refuge. Parce que les récentes enquêtes sont parties d’autres questionnements, elles ont eu recours à d’autres documents pour saisir leur objet. Quelles ressources documentaires néerlandaises sont actuellement mobilisables ? Pour quelle histoire ? Et quelles perspectives historiques lèvent ces sources pour l’histoire du protestantisme français et celle du monde francophone aux Provinces-Unies ?

À l’appui de trois principes – méthodologique, documentaire et thématique –, ce colloque encourage les chercheurs à considérer une histoire du Refuge néerlandais hors les murs, fondée sur des sources inédites, et privilégiant des domaines peu explorés dans l’optique d’une histoire résolument transnationale.

Les propositions sont à adresser à Chrystel Bernat (chrystel.bernat@gmail.com) et David van der Linden (d.c.van.der.linden@rug.nl), assorties d’un résumé de 300 mots (en français ou en anglais) et d’un curriculum vitae signalant les principales publications avant le 15 février 2018. Le Comité scientifique communiquera sa décision le 15 mars 2018. Les frais de transport, de restauration et d’hébergement à Leyde seront pris en charge. Les communications sont d’une durée de 30 minutes associées à des temps d’échanges de 15 minutes.

Comité scientifique
Chrystel Bernat (Institut protestant de théologie, Montpellier)
Willem Frijhoff (émérite, Université de Rotterdam)
Geerth Janssen (Université d’Amsterdam)
Lionel Laborie (Université de Leyde)
Anton van der Lem (Bibliothèque de Leyde)
David van der Linden (Université de Groningue)
Judith Pollmann (Université de Leyde)
Bertrand van Ruymbeke (Université Paris-8)
Catherine Secretan (émérite, CNRS et ENS Lyon)


Vous aimerez aussi...