De la liberté de critiquer en terre voltairienne

« Florence est une de ces filles qui regardent la Pensée Moderne comme un genre de compagnon personnel et acceptent avec mauvaise grâce que l’on plaisante à ses dépens. »

Dans la dernière livraison de la RHMC, Michel Porret s’en est pris véhémentement à trois ouvrages parmi ceux que j’ai publiés ces dernières années. Ils écornent la réputation de Voltaire : c’est un crime irrémissible ! Comme je n’ai pas été informé préalablement de cette attaque en règle et puisque la direction de la RHMC ne m’a pas proposé d’y répondre (la publication d’un débat contradictoire aurait pourtant été intéressante), j’exerce ici mon droit de réponse : autant la critique scientifique, fondée sur des arguments, est normale, autant les attaques injustifiées et insultantes ne le sont pas et appellent une rectification.

Intégralité du texte de Benoît Garnot ici.


Vous aimerez aussi...