La Révolution hantée. Enfers fantasmés et Révolution française

Michel Biard, La Révolution hantée. Enfers fantasmés et Révolution française,  Editions Vendémiaire , 2017.

SBN : 978-2-36358-273-7

Les premiers à comparaître au tribunal de Lucifer furent les corps décapités de juillet 1789. À partir de ce moment, et tout au long de la Révolution française, les enfers ne désempliront pas… C’est du moins ce que racontent les pamphlets, journaux et images de l’époque qui mirent en scène l’au-delà, sans discontinuer, jusqu’en 1795. Y apparaissent les rives du Tartare et les Champs Élysées, les rencontres de Mirabeau ou Robespierre avec Pluton, Belzébuth ou Cerbère, les galeries des supplices, les sarabandes de démons et autres créatures inquiétantes. Cet imaginaire apocalyptique, qui semble tout droit sorti d’un tableau de Jérôme Bosch, ce fut celui des Français durant ces années dominées par le spectre de la guillotine. C’était une façon d’accorder aux morts une seconde vie, mais aussi d’exorciser l’horreur par le rire. Et d’accéder, ce faisant, à une forme de résilience collective, face à cette violence terrible exercée tout à la fois contre des puissants et des anonymes. Les documents de l’époque en disent long sur les peurs et les traumatismes de ce temps, hanté par la fragilité de la destinée et la précarité des situations les mieux établies…

Lien éditeur ici.
Table des matières

Préface de Michel Vovelle

Introduction
Voyages aux enfers • Guillotiner une seconde fois

La barque de Charon est pleine
Un passeur très occupé à partir de l’été 1789 • Bienvenue aux enfers ? • Une longue liste d’attente

Séjourner au monde des ombres
Les maîtres des lieux • Le temps du jugement infernal • La galerie des supplices

Le dernier salon où l’on cause ?
«Eh ! bon Dieu, qui pouvait prévoir tout cela ?» • Tout bon Jacobin est un Jacobin mort • Dialogues des Anciens et des Modernes

Correspondre avec L’Au-delà
« Je reçois quelquefois des lettres du diable » • Le courrier des enfers

Des images pour en rire
Aux enfers les aristocrates et les clercs ! • Vae victis

Conclusion
Notes
Sources


Vous aimerez aussi...