La Seconde patrie

afficheLa seconde patrie

Colloque LUHCIE Grenoble – 8 au 10 novembre 2016

Les expériences de la seconde patrie sont multiples. Elles peuvent résulter d’un authentique déplacement dans l’espace, qu’il s’agisse d’une entreprise coloniale (celle que Jules Verne évoquait dans Seconde Patrie, par exemple) ou de la recherche d’un refuge, dont l’histoire fournit maints exemples depuis la plus haute Antiquité. Mais elles peuvent aussi correspondre à la quête intellectuelle et morale de ce que les romantiques appelaient une « patrie de l’âme ».
Les différentes acceptions de la seconde patrie, leur traduction dans l’histoire selon les lieux et les époques, leurs expressions littéraires et artistiques sont l’objet de ce colloque qui privilégie la dimension heuristique de cet ensemble d’expériences.
De l’exil au déracinement, de nombreuses métaphores ont certes traduit la souffrance de l’arrachement au sol natal. Mais la figure de la seconde patrie prouve aussi que cette souffrance peut être créatrice, qu’elle autorise un pas de côté invitant à regarder et à comprendre autrement des identités souvent vécues sur le mode de l’assignation.
Le passage d’une langue à l’autre, en particulier, implique des formulations différentes qui sont aussi, pour une part, des pensées et des émotions nouvelles. La seconde patrie est de ce point de vue le moyen d’une réinvention de soi et des autres. Elle fournit une entrée originale pour essayer de penser cette forme de dépaysement intellectuel producteur de savoir, que Siegfried Kracauer nommait « l’estrangement » et que Montaigne célébrait déjà en invitant à « penser ailleurs ».
Créé le 1er janvier 2016 par la fusion du CRHIPA et du GERCI, le LUHCIE (Laboratoire Universitaire d’Histoire, Cultures, Italie, Europe) organise, avec ce colloque international sur des thèmes qui se trouvent au cœur de l’identité du nouveau laboratoire, sa première grande rencontre scientifique.

Programme en PDF

Vous aimerez aussi...