Séminaire et appel à contribution – TCT à Strasbourg le 30 septembre

 

Chers collègues,

Le séminaire Trop C’est Trop poursuit l’exploration en histoire et en histoire de l’Art des faits, discours et représentations intolérables, inacceptables, insupportables. Où sont les limites et pourquoi ? Que se passe-t-il concrètement quand elles sont atteintes et dépassées ? La prochaine séance aura lieu le vendredi 30 septembre à 13h salle 116 du Palais universitaire avec Sarah Dumortier et Myriam Deniel-Ternant (résumés ci-dessous).

Si des collègues ont un sujet qui corresponde à cette thématique, qu’ils n’hésitent pas à entrer en contact avec moi pour en discuter : antoine.follain@unistra.fr

Bien cordialement,

Antoine Follain

Professeur des universités
Directeur de l’Institut d’Histoire moderne
Responsable de l’Axe Autorité Liberté Contrainte – Equipe ArCHE (EA3400)
Responsable du master Histoire et civilisation de l’Europe
Membre du CFVU / CAC Université de Strasbourg (UdS)
Membre du CNU section 22

 

Sarah Dumortier « Il est impossible de souffrir plu lontems les ordures qui se font au presbitaire. » La paroisse, entre tolérance et condamnation de la sexualité des gens d’Église (XVIe-XVIIIe siècles) »

Si la sexualité des gens d’Église est honnie et condamnée, si les justices ecclésiastique et séculière luttent pour normaliser l’absence de sexualité des ecclésiastiques, force est de constater via les sources judiciaires des officialités qu’une minorité dévoyée exerce dans les paroisses tout au long de l’époque moderne. Ces sources permettent au chercheur de découvrir un théâtre du quotidien où une sociabilité particulière règne entre le prêtre délinquant et ses fidèles. Cette sociabilité est bien éloignée des exigences de perfection pastorale où le bon prêtre doit porter les marques de son état, se tenir à l’écart et faire rejaillir sa sainteté sur ses ouailles. Le desservant de la paroisse est un proche qui partage un même mode de vie, des préoccupations communes et il se place avant tout au sein d’une communauté villageoise et non pas ecclésiastique. Ce vivre ensemble est alors perturbé par la ou les liaisons de l’homme d’Église et il revient de s’interroger sur la perception et l’acceptation de la conjugalité et de la sexualité ecclésiastique par les paroissiens. L’attitude des fidèles est difficile à définir tant les interrogatoires menés sont orientés et passés au prisme d’une institution religieuse et masculine, cependant les recours collectifs à la justice ou la teneur des reproches qui apparaissent dans les procédures ex officio permettent de saisir les indulgences et les attitudes jugées inacceptables. L’analyse rigoureuse, et détachée d’une approche uniquement descriptive, des dossiers de procédure de six officialités (Beauvais, Cambrai, Châlons-en-Champagne, Paris, Reims et Troyes) permet de mettre en évidence le « seuil de tolérance » des paroissiens face à leur desservant dévoyé mais également les propres normes des communautés face à la sexualité ecclésiastique. Dès lors, le chercheur perçoit les matérialités inhérentes au siècle et à l’avancée de la réformation catholique mais peut également établir les comportements acceptés, voire admirés, parfois moqués de ceux amenant les fidèles à se détourner de l’Église, à quérir de nouveaux confesseurs et à saisir la justice. Il faut donc s’interroger sur les limites des fidèles face aux frasques amoureuses du curé ou de ses auxiliaires, sur leurs représentations du hors-normes, sur les matérialités du scandale tel qu’ils le dépeignent mais également sur les réalités concrètes de leurs actions lorsque leur tolérance n’est plus de mise.

Myriam Deniel-Ternant Effets de sources et effets de seuil de la sexualité cléricale : mise en regard des ecclésiastiques à la Bastille et à l’officialité de Paris au XVIIIe siècle.

L’historiographie dominante s’accorde sur l’avènement d’un bon prêtre au XVIIIe siècle, forgé par la mise en place des séminaires, exécutant des tâches de plus en plus nombreuses dans un contexte post-tridentin. Pourtant, des travaux récents, dans la lignée d’une histoire de la criminalité, de la justice et de la déviance, montrent la persistance d’un clergé irrespectueux de la norme de chasteté. La difficulté de tout champ de recherches réside dans l’impératif de sources. Or l’absence d’écrits ne signifie pas l’absence d’exactions, surtout dans le cadre d’une sexualité mise sous le boisseau car théoriquement impossible. Inversement, la surinterprétation menace le chercheur confronté à l’abondance des sources. Les ecclésiastiques incarcérés dans les geôles de la Bastille ou poursuivis sur le banc de l’officialité parisienne offrent la vision d’un traitement arbitraire et judiciaire de la déviance sexuelle cléricale. Leur mise en regard met en évidence le hiatus entre compromission charnelle et judiciarisation : seule une inconduite réitérée et protéiforme entraîne une saisine de justice. Le délai peut d’ailleurs être considérable entre la chronologie des faits reprochés et la réaction institutionnelle. La transgression de normes obéit donc à une double temporalité, reflet du franchissement d’un seuil d’indulgence bien souvent invisible. Plusieurs cas autorisent à mener une quête de l’élément déclencheur engendrant l’irruption de l’exaction dans l’archive : comportement jugé inadmissible, énième dérèglement faisant déborder un vase d’inconduites accumulées, flagrant délit et scandale. La comparaison des deux groupes de clercs déviants montre également des spécificités, liées à la nature des déviances autant qu’aux préoccupations des instances et échelles concernées. Notre étude révèle ainsi l’ambivalence des réponses apportées à l’inconduite ecclésiastique et rappelle la nécessaire approche méthodologique de sources parfois trompeuses.


Vous aimerez aussi...