Disparition de Jacques Solé

Aujourd’hui, ce lundi 9 mai 2016, Jacques Solé nous a quittés. Il était né en 1932.

Agrégé d’histoire, il fut longtemps professeur d’histoire moderne à l’Université de Grenoble, Après une interruption de dix ans (de 1975 à 1985) comme directeur du département d’histoire et archéologie à l’université de Ouagadougou, au Burkina Faso (ex-République de Haute-Volta jusqu’en 1984), il revint à Grenoble et y assura notamment la charge de directeur de l’UFR Sciences humaines.

Jacques Solé a été un guide dans la recherche de très nombreux étudiants en master et en thèse, sur des sujets d’une grande variété. Il faisait de ses cours de préparation à l’agrégation comme des jurys de soutenance auxquels il participait des moments pétillants d’intelligence dont beaucoup se souviennent avec émotion.

Une cérémonie aura lieu ce jeudi 12 mai 2016 au funérarium de Grenoble à 13h45.

 

Parmi ses ouvrages on peut retenir:

Bayle polémiste : extraits du « Dictionnaire historique et critique », Paris, Robert Laffont, 1972.

Les mythes chrétiens : de la Renaissance aux Lumières, Paris, A. Michel, 1979.

L’Amour en Occident à l’époque moderne, Bruxelles, Complexe, 1984.

L’âge d’or de la prostitution : de 1870 à nos jours, Paris, Plon, 1993.

Les origines intellectuelles de la Révocation de l’Édit de Nantes, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 1997 (issu de sa thèse d’Etat sur Le débat entre protestants et catholiques français de 1598 à 1685, Lille, 1985).

Être femme en 1500 : la vie quotidienne dans le diocèse de Troyes, Paris, Perrin, 2000.

Les révolutions de la fin du XVIIIe siècle aux Amériques et en Europe, 1773-1804, Paris, Ed. du Seuil, 2005.

Révolutions et révolutionnaires en Europe : 1789-1918, Paris, Gallimard, 2008.

De Luther à Taine : essais d’histoire culturelle, Grenoble, PUG, 2011.


Vous aimerez aussi...