Allocation doctorale : les réfugiés huguenots du Dauphiné

Une allocation doctorale consacrée aux réfugiés huguenots du Dauphiné sera très vraisemblablement proposée en juin 2016. L’argumentaire figure ci-dessous.

Les candidat-e-s intéressé-e-s peuvent s’adresser à Yves Krumenacker, professeur d’histoire moderne à l’Université de Lyon (Jean Moulin) : yves.krumenacker@univ-lyon3.fr

Allocation doctorale : les réfugiés huguenots du Dauphiné

La Révocation de l’édit de Nantes, en 1685, a poussé à l’exil 160 à 180 000 personnes, soit près d’un quart de la population réformée de France. Ce phénomène migratoire massif et le processus d’intégration qui a suivi ont été étudiés dans les principaux pays d’accueil, donnant lieu à de nombreuses monographies, surtout sous forme d’articles et de volumes collectifs, et de nombreuses sources ont été publiées.

Toutes ces études insistent davantage sur les effets de l’immigration que sur les conditions de départ et sur le voyage lui-même, avant l’installation définitive à l’étranger. Or une recherche limitée à une région permet d’étudier les conditions concrètes de ce processus migratoire. Le Dauphiné, par son importance dans la géographie huguenote et l’ampleur des départs (25 à 30% des 67 000 protestants des années 1670), par la diversité des communautés (minorités protestantes dans des villes, villages et vallées presque entièrement huguenots dans l’Oisans, le Queyras ou la vallée de la Drôme), se prête bien à cette étude détaillée.

Le doctorant pourra utiliser les ressources de la base de données du Refuge huguenot, hébergée par le LARHRA, qui compte environ 135 000 fiches, contenant la mention dans les archives de plusieurs villes européennes d’une soixantaine de milliers de personnes ; les données concernent les noms et prénoms, le statut personnel, la répartition hommes/femmes, couples/personnes seules, enfants, l’origine géographique, la profession, l’âge, l’état de santé, la destination prévue, etc. qui donne de nombreux renseignements sur le trajet parcouru, les personnes avec qui il est effectué, les difficultés rencontrées. La mise en valeur du contenu de cette base de données suppose un travail de nettoyage, de fouille dans les données et de croisement des informations afin de passer de simples mentions nominatives à la connaissance des individus et de leurs parcours. Ce travail sera effectué par le doctorant avec le support du Pôle histoire numérique du LARHRA sur la base d’une expérience menée sur la population issue des Cévennes dans le cadre d’un travail de master.

Afin d’enrichir les données déjà disponibles dans la base du Refuge, le doctorant aura également à dépouiller les registres protestants de différentes communautés dauphinoises de la fin du xviie siècle, choisies en fonction de leur diversité selon des critères à définir, les rapports des intendants et des autorités locales, les archives de la régie des biens des réfugiés, à retrouver les récits faits par les réfugiés eux-mêmes, etc. Les sources sont nombreuses, en Dauphiné, à Paris (notamment Archives Nationales et Société de l’Histoire du Protestantisme Français), dans les pays du Refuge (un séjour dans des lieux où les Dauphinois se sont installés en nombre serait utile) et permettent un questionnement riche.

Les objectifs rencontrent de multiples interrogations posées par les migrations contemporaines : raisons et choix du moment du départ, complicités, guides, passeurs, moyens de circulation (en groupe, en famille ou seul, à pied, à cheval, en voiture, en bateau,…), capacité d’échapper à la surveillance, difficultés rencontrées, choix du lieu d’accueil, errance en attendant l’installation définitive, analyse sociale des réfugiés, capacité à s’intégrer, etc. Quoique portant sur une période ancienne, cette thèse contribuerait ainsi à la réflexion contemporaine sur le départ et l’accueil des réfugiés. Elle suppose une réflexion sur la notion de migration et des comparaisons avec d’autres types de migration, au moins de la fin du Moyen Âge à l’époque contemporaine.

Elle aidera aussi à la mise en valeur du patrimoine huguenot du Dauphiné, par un partenariat avec le Musée du protestantisme dauphinois, orienté plus spécifiquement vers le Refuge, et une collaboration avec l’association « sur les pas des huguenots » qui a créé un sentier, soutenu par le Conseil de l’Europe et récemment classé chemin de Grande Randonnée, allant du Poët-Laval (Drôme) à Bad Karlshafen (Allemagne), en suivant les chemins des réfugiés. Ces associations contribuent à la valorisation du passé huguenot de la région, en parfaite cohérence avec le projet de thèse.

L’intérêt actuel pour les migrations, comme l’intérêt des descendants de huguenots pour le phénomène du « Refuge » permettront, en dehors des publications scientifiques attendues, une valorisation plus large sous forme d’expositions et de publications davantage à destination d’un public large.

Enfin cette thèse permettra de mettre en valeur l’important capital de connaissances disponible dans la base du Refuge Huguenot, collectée par le dépouillement de plusieurs archives européenne pendant une trentaine d’années.

Le suivi de la thèse et l’ensemble du projet reposeront également sur une collaboration avec le CRHIPA (EA 599, Université Grenoble II).

Le candidat devra disposer d’un master recherche en histoire moderne et maîtriser la paléographie moderne. Il doit être capable de lire couramment des ouvrages en anglais et disposer de compétences avérées en utilisation de logiciels de traitement et de visualisation de données (en particulier R et QGIS) Un intérêt pour les questions de patrimoine et la muséographie est souhaitable. Une bonne connaissance de la région serait un plus.


Vous aimerez aussi...