Les brigands et la Révolution. Violences politiques et criminalité dans le Midi (1789-1802)

003864282Valérie Sottocasa, Les brigands et la Révolution. Violences politiques et criminalité dans le Midi (1789-1802), Champvallon, collection Époques, Paris, 2016.

Le personnage du brigand tel que l’ont dépeint les auteurs romantiques est très ambigu, à la fois cruel et héroïque, avide et idéaliste. Au moment où éclate la Révolution, le brigand prend les traits de l’aristocrate, ennemi de la patrie, revenu à la tête de hordes étrangères après la prise de la Bastille : c’est la Grande Peur. Au cours de cet épisode étonnant, la France entière croit apercevoir des bandes nombreuses de pillards ; or, ces brigands si redoutés n’existaient pas.
Entrés dans l’histoire de la Révolution au cours de l’été 1789, les brigands ne vont plus disparaître. Prenant tantôt les habits de la Contre-Révolution, tantôt ceux d’un patriotisme radical, ils défraient les chroniques, ravagent les campagnes, suscitent des sentiments d’effroi ou d’admiration. En effet, depuis Cartouche et surtout Mandrin, le contrebandier du Dauphiné qui, durant de longs mois à tenu tête à l’administration fiscale de Louis XV et à ses armées, l’image du brigand est ambiguë. Les débuts de la Révolution ne lèvent pas l’ambigüité que l’on peut lire dans les débats de l’Assemblée nationale, dans les rapports des gendarmes et des nouvelles autorités. Dès l’été 1789, la répression s’engage mais non sans susciter des débats passionnés autour de la question du caractère patriote de certains soulèvements assimilés à du brigandage et donc de leur légitimité. L’Assemblée se fracture entre une sensibilité de « gauche », incarnée, notamment, par Robespierre qui approuve les mouvements de colère du peuple, et une sensibilité de « droite », effrayée par les désordres, craignant l’anarchie et à travers elle, la « perversion » de la Révolution. Or, les violences populaires ne cessent pas. Bien au contraire, elles s’aggravent et, lorsqu’elles s’accompagnent de pillages, elles sont systématiquement désignées comme des actes de brigandage. Criminels ou patriotes déterminés, ces paysans qui attaquent les derniers vestiges de la féodalité ? Brigands ou rebelles, ces femmes et ces hommes qui refusent de se soumettre à la Constitution civile du clergé ? Divisés face à ces « brigands » nés de la dynamique révolutionnaire, les députés entreprennent de stigmatiser l’ensemble des actes contre-révolutionnaires en les assimilant à du brigandage. Pendant la Terreur, le chouan et le brigand incarnent l’ennemi de la nation : il convient de l’écraser sans pitié. Au lendemain de la mort de Robespierre, ses victimes se vengent : c’est la Terreur blanche, si sanglante dans le Midi.
Sur la base d’une enquête minutieuse portant sur les départements méridionaux et plus particulièrement sur la Provence où les conflits politiques ont été précoces et intenses tout au long de la Révolution, cet ouvrage cherche à comprendre qui étaient réellement ceux que l’on a regroupés sous la dénomination de « brigands ». L’enquête révèle la part écrasante des « brigands politiques » alors que les crimes de droit commun sont rares jusqu’à la fin de la Terreur et restent minoritaires sous le Directoire et le Consulat. L’ouvrage s’attache à comprendre la politique répressive mise en œuvre par les différents régimes révolutionnaires et s’interroge sur sa portée. Une justice d’exception, la mobilisation de l’armée, le renforcement de la gendarmerie ont-ils permis de rétablir l’ordre, et si oui, de quel ordre parle-t-on ? Les enjeux politiques de la poussée de brigandage qui marque la Révolution sont étroitement imbriqués dans la fabrique de la démocratie à travers sa capacité à laisser une place à l’opposant. Ce sont les ambitions de cet ouvrage que de répondre à ces questions et de participer ainsi au renouvellement des travaux historiques sur la Révolution et sur la part de violences extrêmes qu’elle a comportées.
Plan de l’ouvrage:

Première partie: Le brigandage révolutionnaire dans le Midi de la France

Chapitre 1: Les premiers brigands de la Révolution: entre héritage et rupture
Chapitre 2: Violences méridionales, entre guerre civile et brigandages dans le Comtat-Venaissin (1790-91)
Chapitre 3: La place des massacres dans le processus révolutionnaire
Chapitre 4: Des brigands patriotes aux brigands royaux
Chapitre 5: Terreur blanche et brigandages

Seconde partie: La mort de l’ennemi: violences criminelles et violences d’État sous la Révolution

Chapitre 6: Rebelles et voyous: les pratiques de la violence au temps de la Révolution
Chapitre 7: Chefs de bandes
Chapitre 8: Bandes armées, guérilla et terreur
Chapitre 9: Sécurité et insécurité: le brigandage au coeur des missions de l’État
Chapitre 10: Punir, pardonner, normaliser: la fin du brigandage révolutionnaire


Vous aimerez aussi...