Séminaire TROP C’EST TROP

Séminaire TROP C’EST TROPUniversité de StrasbourgRappel de la thématique – Prochaines séances – Appel à contribution (Moyen Age, période moderne et époque contemporaine) :

Le séminaire TROP C’EST TROP envisage d’explorer en histoire et en histoire de l’Art les faits, discours et représentations intolérables, inacceptables, insupportables. Où sont les limites et pourquoi ? Que se passe-t-il concrètement quand elles sont atteintes et dépassées ?

La thématique peut être déclinée en histoire de l’Art à partir du hors normes, de l’inconvenant, de l’incongru, ce qui contrevient aux normes de la beauté, aux normes académiques, aux normes du bon goût, etc. On peut aussi chercher les cas les plus limites et les scandales les plus énormes, tant dans les œuvres produites que dans les existences des artistes. En histoire, l’insupportable s’inscrit dans le temps et quantité de choses réprouvées à une époque sont devenues tolérées plus tard, alors que d’autres ignorées ou sues et tolérées sont devenues interdites et éventuellement punies de plus en plus durement. On n’en fera pas facilement la balance mais à notre époque il semble que les cas intolérables dans l’espace public ont été multipliés jusqu’à susciter une impression de saturation, tant il y a de faits socialement réprouvés et/ou sanctionnés par le Droit. Ce que l’on dit intolérable est vu et qualifié de mal absolu alors que se retourner vers le passé montre que la limite est toujours historiquement constituée et donc relative. Bien souvent les choses ne sont pas énoncées au préalable et c’est l’étude même des cas qui est révélatrice de l’acceptabilité d’une situation et de ce qui au contraire est radicalement inacceptable. Une analyse fine doit aussi permettre de distinguer entre des transgressions qui sont évaluées plus ou moins gravement par l’ensemble de la société et même socialement diversifiées. Observer les actions est probablement plus pertinent que les discours, éventuellement soit dépassés par les faits, soit trop avancés. C’est ainsi la sanction des faits qui exprime au cas par cas ce qu’il est tolérable de faire ou de dire dans l’espace public et dans la sphère privée.

http://ea3400.unistra.fr/index.php?id=13930#c64767

vendredi 20 novembre Palais universitaire salle 109 à 14h

Adrien Dubois : « Le suicide à la fin du Moyen Âge : un geste interdit mais pardonnable dans des circonstances intolérables ? »

Selon les raisons données dans des demandes de grâce, certains maris accusés d’avoir battu à mort leur épouse, laissent parfois entendre que le décès de leur compagne n’est en réalité qu’une preuve supplémentaire de la méchanceté incorrigible de cette dernière. La femme aurait tout fait pour mourir, de manière à faire accuser son malheureux époux. Cet argumentaire, repris dans la lettre de rémission qui les disculpe, est d’autant plus surprenant que généralement les proches cherchent au contraire à dissimuler le suicide. Pourtant, certaines voix féminines confirment que la vie maritale est parfois suffisamment insupportable pour envisager sa propre mort. Est-ce dans l’espoir de se voir vengée ? L’expression dans d’autres contextes, notamment guerrier, de l’idée que la mort est parfois préférable à l’assujettissement, amène à se demander plus généralement à quel point le suicide, dans certaines situations, était lui-même jugé tolérable.

vendredi 11 décembre Palais universitaire salle 109 à 14h

Christophe Regina : « Toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées : toutes les femmes, non, mais Marie-Thérèse de la Croix, si ! »

Difficile de mettre en lumière une destinée aussi sombre que celle prêtée à la mère supérieure du refuge d’Aix-en-Provence. Si l’on en croit son plus illustre publiciste, le poète provençal Jean de Cabanes, Marie-Thérèse de Languisière, dite « La sœur de la Croix », serait née dans la seconde moitié du XVIIe siècle dans la ville de La Flèche près du Mans et morte après 1710. On sait peu de chose sur son enfance, si ce n’est que très tôt elle se livra à la prostitution sous la direction de sa mère. Devenue trop célèbre pour son libertinage, celle que le poète aixois avait surnommé la « Drouillade », pris la route de la capitale avec le désir de s’y enrichir. Démasquée et menacée d’arrestation, elle reprit la route en compagnie de celle qui se fit appeler Marie-Thérèse Moreau de Paquinerie. Toutes deux, travesties en homme, traversèrent le pays avec pour but de s’embarquer pour Livourne en Italie, haut lieu de la prostitution sous l’Ancien Régime. Arrêtées à Toulon et menacées de condamnation, les deux prostituées parvinrent à faire croire aux autorités qu’elles n’étaient rien d’autres que des religieuses feignant d’être des prostituées pour aider ces filles perdues à retourner dans le droit chemin. L’adresse du mensonge et la grande force de persuasion de la Marie-Thérèse de Languisière lui assurèrent très rapidement une notoriété qui parvint jusqu’aux parlementaires aixois qui y virent là une femme d’une grande piété. Ils décidèrent de la faire venir pour prendre la direction du refuge de la ville, destinée à sauver les âmes des filles et femmes ayant sombré dans la débauche. Armée du visage de la sainteté, celle qui désormais se fit appeler la sœur de la Croix, su avec habileté acquérir le soutien des plus puissants parlementaires tout autant que la sympathie des bigotes, qui se disputaient le privilège de la compagnie de l’abbesse. Fine pédagogue, médecin réputée, le tout Aix se pressait pour la fréquenter. Mais à l’intérieur des murs du refuge dont elle avait la responsabilité, le véritable visage de la sœur se révélait. Selon Jean de Cabanes, celles qu’il surnomma la « possédée du démon », au lieu de sauver les âmes dont elle avait le ministère, s’employa à tenir dans son couvent un bordel fleurissant, protégé par ses amis du Parlement qui étaient parmi ses plus fidèles clients. Après presque quatorze années de crimes et de scandales, la sœur finit par tomber, ayant fini par perdre tous ses soutiens, l’activité de faux-monnayage fut la goutte qui fit déborder le vase.

Si vous pensez pouvoir contribuer à notre séminaire vous pouvez joindre Antoine Follain à l’adresse ci-dessous :

antoine.follain@unistra.fr


Vous aimerez aussi...