Colloque international : L’Unité du genre humain. Race et histoire à la Renaissance

L’Unité du genre humain
Race et histoire à la Renaissance.

Colloque international  21-22-23 mars 2013.

Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne
28 rue Serpente 75006 PARIS
Salle 035

Comité scientifique :
Frank Lestringant, (Paris-Sorbonne, EA2578), Pierre-François Moreau (ENS de Lyon, UMR 5037/IUF), Denis Crouzet (Paris-Sorbonne, UMR 8596), Alexandre Tarrête (Paris-Sorbonne, EA 2578)

Avec le soutien du Conseil scientifique de l’Université de Paris-Sorbonne, de l’Ecole doctorale 3, du Centre de recherche sur la Création littéraire en France au XVIe siècle (Centre Saulnier, EA 2578) et de l’Association V.L. Saulnier, du CERPHI (ENS de Lyon, Institut d’Histoire de la Pensée Classique, UMR 5037), de l’IRCOM et du Centre Roland Mousnier (UMR 8596)

Télécharger le programme

Jeudi 21 mars

9h Frank Lestringant, Pierre-François Moreau, Denis Crouzet, Alexandre Tarrête Accueil et introduction générale

9h45 Frédéric Tinguely, Genève
Sens du relatif et conscience de l’unité du genre humain.
10h15 Caroline Callard, Paris-Sorbonne
L’humanité à la lumière spectrale : fantômes et anthropologie à la Renaissance.
11h15 Nuccio Ordine, Cosenza
Le Nouveau Monde miroir de l’Europe : Bruno et la polémique anti-chrétienne.
11h45 Sébastien Galland, CERPHI-UMR 5037
Le polygénisme et la diversité des cultures comme expression de l’Un : Giordano Bruno défenseur des Indiens contre l’idéologie coloniale.

14h30 Carmen Bernand, Paris-Ouest Nanterre
Diversité des cultures et identifications dans les spectacles de la Renaissance (à propos des musiques en Amérique ibérique).
15h Dominique de Courcelles, CNRS-UMR 5037
Diversité du réel et unité humaine : philosophie orientale et Nouveau Monde.
15h30 Louise Bénat-Tachot, Paris-Sorbonne
Hommes et terres d’Amérique : la question de l’origine chez les chroniqueurs des Indes (XVIe siècle).
16h30 Yann Rodier, Paris-Sorbonne
Théorie des passions et physiognomonie : un art de connaître l’homme ou les hommes au début du XVIIe siècle. L’exemple des Sauvages du Maragnan chez le Père Yves d’Evreux.
17h Nestor Capdevila, Paris Ouest Nanterre
La conquête de l’Amérique et la spatialité de l’universel.

Vendredi 22 mars

9h Jean Céard, Paris Ouest Nanterre
Y a-t-il des races d’hommes monstrueux ?
9h30 Jean-Claude Laborie, Paris Ouest Nanterre
La Seconde scolastique de Salamanque et l’unité du genre humain.
10h Andreas Motsch, Toronto
Le genre humain : singulier et pluriel. Acosta et le développement XVIe-XVIIIe.
11h15 Georges Tolias, FNRS Athènes
L’ordre du monde: peuples et régions dans les mappemondes imprimées, 1470-1570.
11h45 Jörg Dünne, Erfurt
L’homme, l’histoire et le climat à la Renaissance.

14h15 Marie-Christine Gomez-Géraud, Paris Ouest Nanterre
Unité du genre humain : la perspective missionnaire.
14h45 David Beytelmann, CERPHI – UMR 5037
Les enjeux politiques de la conversion : une comparaison historique des controverses sur le devenir juridique et politique des juifs, des musulmans, des Guanches et des Indiens (Espagne, XIVe-XVIe siècle).
15h15 Grégoire Chamayou, CNRS-UMR 5037
Humanisme et chasse à l’homme. Le cas de la conquête de l’Amérique.
16h15 Grégoire Holtz, Toronto
Le droit à la paresse ? Animaux travailleurs et peuples paresseux à  la Renaissance.
16h45 Philippe Desan,  Chicago
« Les hommes sont tous d’une espèce » : diversité et unité de l’homme d’après Montaigne.
17h15 Sophie Peytavin, CERPHI-UMR 5037
L’unité du genre humain chez Montaigne : théorie(s) et pratique(s).
Samedi 23 mars

9h Clémence Revest, Ecole française de Rome/Paris-Sorbonne
Studia humanitatis : origines et portée d’une expression emblématique, au tournant du Quattrocento.
9h30 Michèle Clément, Lyon 2 – UMR 5037
Scève, 1562 : un Microcosme universel ?
10h Alexandre Tarrête, Paris-Sorbonne
Remarques sur l’idée de primitivisme chez Thevet, Léry et Montaigne.

11h15 Phillip John Usher, Barnard College
Généalogie et géographie dans le long poème à la Renaissance.
11h45 Adeline Desbois, Paris-Sorbonne
Constructions généalogiques et unité du genre humain : l’ancêtre troyen au début de la Renaissance.

12h30 Conclusions et remerciements

Il s’agira de comprendre comment la Renaissance, si éprise d’unité, pour ne pas dire obsédée par la quête de l’unité, est néanmoins parvenue à penser la diversité humaine. Au début de l’ère moderne, plusieurs facteurs ont contribué à l’émergence d’une nouvelle anthropologie. Les grandes navigations ont entraîné un élargissement spectaculaire de la vision du monde et un renouvellement des savoirs géographiques.

L’invention du sauvage (ou sa réinvention) rendait nécessaire de penser à nouveaux frais le problème de la diversité des cultures, de leur origine commune, de leur évolution parallèle et de leurs contacts passés et à venir. La confrontation des Européens avec une altérité radicale (mais aussi la possibilité ouverte du métissage) posait de manière nouvelle le problème de l’unité du genre humain. Les débats qui s’engagèrent alors, en matière de missiologie notamment, ont opposé les tenants des divers types de polygénisme aux partisans du monogénisme, la doctrine orthodoxe en la matière.
La construction des idéologies coloniales modernes mobilisait aussi bien l’héritage patristique que les savoirs antiques et croisait à plaisir orthodoxies et hétérodoxies. Parallèlement se trouvaient jetées les fondations d’un nouveau savoir historique, soucieux de vérifier et de hiérarchiser ses sources, et de confronter les savoirs livresques aux données de l’expérience. Le renouveau de l’histoire nationale permettait de mieux prendre en compte les témoignages des antiquaires ou des chroniqueurs, alors que l’histoire universelle encore balbutiante tentait de penser l’évolution parallèle des civilisations, leur décadence, leur progrès ou leur évolution cyclique. Dans l’espace aussi bien que dans le temps, la prise en compte scientifique du réel voisinait volontiers avec l’utopie et le mythe, la pensée religieuse faisait bon ménage avec la rationalité économique moderne.En tenant compte des apports de la réflexion de Lévi-Strauss, de Marcel Bataillon ou de Giuliano Gliozzi entre autres, on tentera de poser à nouveau la question de la diversité des cultures et de l’unité de l’humanité en nous intéressant en particulier à la Renaissance et aux débuts de la période moderne.


Vous aimerez aussi...