Droit de réponse du Président du jury du CAPES externe d’histoire-géographie

Droit de réponse du Président du jury du CAPES externe d’histoire-géographie à la publication le 2 avril 2015 sur le site de l’AHMUF de la tribune du Professeur Pierre Serna, signée : « vice-président de l’AHMUF, et directeur de l’Institut d’histoire de la Révolution française », et intitulée : « Le sujet de la dissertation d’histoire du Capes 2015 : un choix aberrant ».

Paris, le 14 avril 2015,

Par la voix de son vice-président, l’Association des Historiens modernistes des Universités françaises (AHMUF) a fait savoir le 2 avril 2015 sur son site officiel que le sujet de composition en histoire de la session d’admissibilité 2015 du CAPES externe d’histoire-géographie, sujet tiré au sort et qui porte sur « Les engagements civiques, intellectuels et sociaux des républicains en France, de 1815 à 1899 », est « stupide », est « un choix aberrant », parce que n’incluant pas la séquence 1789-1815. Nous regrettons que M. Pierre Serna, dans cette tribune, ne pense et n’agisse qu’en fonction de l’entrée chronologique, au point de méconnaître le reste du sujet en ne le citant pas précisément (rappelons qu’il concerne à la fois l’approche de ce que sont « les républicains en France » et la compréhension des engagements non directement politiques « en République »).
Pour ce qui est de la séquence 1815-1899, celle-ci tient parfaitement, sur un plan historique comme historiographique. Un tel sujet, qui relève de l’histoire-problème, appelle une série de questionnements dont celui des héritages révolutionnaires, faisant exister 1789-1815 dans les temps historique, philosophique et politique du XIXe siècle. Etendu à l’ensemble de la période, ce sujet serait par ailleurs devenu trop lourd pour des étudiants devant assumer la préparation de cinq autres questions d’histoire et de géographie ainsi que celle du tronc commun de l’ESPE.
Mais que le vice-président de l’AHMUF et directeur de l’Institut d’histoire de la Révolution française se rassure, le concours commence seulement et les épreuves d’oral admettront bien entendu des sujets portant sur le début de la période de cette question de programme [«Citoyenneté, république, démocratie en France de 1789 à 1899 »]. Cette question de programme est maintenue pour la session 2016 comme cela
doit être très prochainement rendu public, permettant aux historiens modernistes de continuer à participer à la préparation des candidats au CAPES.
Enfin, n’y a-t-il pas une grande exagération à déduire d’un seul sujet de composition du CAPES, chargé de vérifier les connaissances universitaires des candidats à la fonction de professeur, une volonté de « contemporéaniser » l’enseignement secondaire et d’ « écarter » l’histoire moderne ? L’horizon du CAPES ne se réduit pas au seul intitulé d’un sujet d’histoire lequel, j’y insiste, est parfaitement fondé.
Les lecteurs du site de l’AHMUF se devaient donc d’être éclairés après cette tribune du vice-président de l’Association.

Vincent Duclert
Président du jury du CAPES externe histoire-géographie 2015


Vous aimerez aussi...