CfP : Formes et usages de la mémoire des révoltes et révolutions en Europe (XVe-XVIIIe siècles)

ANR « CURR », Cultures des Révoltes et des Révolutions
Colloque international
Formes et usages de la mémoire des révoltes et révolutions en Europe (XVe-XVIIIe siècles)
Casa de Velázquez, Madrid
10-12 décembre 2015

 

Organisateurs :
Manuel Herrero Sánchez (Universidad Pablo de Olavide, Sevilla), Stéphane Jettot (Université Paris-Sorbonne, Labex EHNE), Alexandra Merle (Université de Caen, ERLIS).

Le programme ANR « CURR », Cultures des Révoltes et des Révolutions, porté par Alain Hugon (CRHQ, Caen) et auquel sont associées plusieurs équipes (ERLIS, Caen), le CERHIO de Rennes et le Labex EHNE, se propose d’analyser les productions culturelles de toute nature (écrite, orale, iconographique) élaborées et diffusées lors des révoltes et révolutions – définies comme des événements contestataires au travers desquels s’exprime une volonté de rupture politique avec l’ordre en place – survenues en Europe de la fin du Moyen Âge jusqu’au début du siècle des Lumières.

Ce programme, dont les travaux ont débuté en janvier 2014, comporte un axe consacré à la transmission sur le temps long du souvenir des révoltes et révolutions, axe dans lequel s’inscrit cette rencontre scientifique internationale intitulée « Formes et usages de la mémoire des révoltes et révolutions en Europe ».
L’importance des productions culturelles de différente nature élaborées de façon ultérieure aux révoltes et révolutions et sur une longue durée invite en effet à s’intéresser aux mécanismes permettant la persistance et/ou la réactivation du souvenir de ces épisodes, et à analyser l’orientation et les finalités de ces évocations, sans négliger la possibilité d’une relégation dans l’oubli qui serait elle aussi porteuse de sens.
Les recherches que nous souhaitons mener s’appuient sur des travaux antérieurs, dont certains en relation avec le programme CURR ou ses prémisses : ainsi, un colloque sur la mémoire des révoltes dans les cultures orales du XVe au XVIIIe siècle a déjà été organisé par Éva Guillorel (CRHQ) en collaboration avec David Hopkin à l’université d’Oxford en 2014, et, en ce qui concerne le champ spécifique des révoltes flamandes, un programme de recherche intitulé « Tales of the Revolt. Oblivion, memory and identity in the Low Countries, 1566-1700 », a été conduit ces dernières années par Judith Pollmann (associée à l’ANR) à l’université de Leiden, avec l’objectif d’analyser les mécanismes de mise en mémoire (dans l’historiographie, dans les cultures locales, dans les mémoires individuelles et collectives) et leur contribution à la création ou à la redéfinition des identités politiques et sociales aux Pays-Bas.
Ces travaux récents ont attiré l’attention sur plusieurs phénomènes tels que l’existence de mémoires plurielles (notamment de la mémoire orale et des mémoires familiales, alternatives à la mémoire officielle, et d’effets de remémoration permettant à des individus ou à des groupes sociaux de se saisir d’un événement pour l’investir de nouvelles significations), la possibilité de réorientations au cours du temps ou encore l’importance de l’oubli.
Il semble souhaitable d’étendre ces recherches à l’ensemble des révoltes et révolutions européennes de la période considérée, en y ajoutant d’autres interrogations, concernant notamment le rôle performatif que peut jouer la mémoire d’une révolte dans la préparation ou l’éclatement d’un autre mouvement de contestation, y compris dans un autre espace socio-culturel.
Cette rencontre internationale s’articulera donc autour d’une double problématique : d’une part, pourquoi et comment une révolte engendre-t-elle la constitution d’une mémoire sociale ou de mémoires contrastées ? D’autre part, comment le souvenir de certaines révoltes peut-il à son tour influencer l’émergence ou la structuration de nouveaux épisodes contestataires ? En d’autres termes, il s’agira de réfléchir au rôle de la mémoire non seulement comme résultat – en aval – mais aussi comme moteur – en amont – de l’action révolutionnaire.
Sur le plan chronologique, les révoltes et révolutions des XVe-XVIIe siècles seront analysées en priorité. Mais la problématique mémorielle conduit nécessairement à élargir la période concernée, en intégrant le Moyen Âge central (pour étudier par exemple l’influence du millénarisme sur les mouvements contestataires du XVe siècle) et l’ensemble du XVIIIe siècle jusqu’en 1799 (pour comprendre la façon dont la Révolution française, en France et dans ses tentatives d’exportation en Europe, réinvestit la mémoire des révoltes et révolutions d’Ancien Régime).

Les propositions de communication (titre et résumé d’une quinzaine de lignes), accompagnées d’un bref Curriculum Vitae, doivent être adressées aux organisateurs avant le 15 avril 2015 et seront examinées par un comité scientifique composé de : Lucien Bély (Paris-Sorbonne), Laurent Bourquin (Le Mans), Mickael Braddick (Sheffield), Richard Cust (Birmingham), Luis Antonio Ribot García (Real Academia), Alain Hugon (Caen), José Javier Ruiz Ibáñez (EHESS), Xavier Gil Pujol (Barcelone).

Les communications pourront être faites en français, en anglais, en espagnol ou en italien.
jettot@yahoo.com, mahersan@upo.esalexandra.merle@unicaen.fr


Vous aimerez aussi...