Colloque international – Vertu et politique : les pratiques des législateurs (1789-2014)

Colloque international – Vertu et politique : les pratiques des législateurs (1789-2014)

Organisé par le Club des amis de l’Incorruptible (Assemblée nationale), la Société des études robespierristes et le programme ANR Actapol

Sous la direction de Alain Tourret, Michel Biard, Philippe Bourdin, Hervé Leuwers

Paris – Assemblée nationale, Salle Victor Hugo

Jeudi 18, vendredi 19 et samedi 20 septembre 2014

Le programme est disponible ici.

Attention, pour assister au colloque, il faut impérativement s’inscrire (gratuitement) à chacune – ou l’une ou l’autre – des journées, car, pour entrer à l’Assemblée nationale intervenants et auditeurs devront être présents sur une liste nominative et munis d’une pièce d’identité, laquelle sera échangée à l’entrée (située au 101 rue de l’Université) contre un badge. Les inscriptions, indiquant prénom et nom, doivent parvenir à la Société des études robespierristes avant le 1er septembre dernier délai (impératif), soit par voie postale (M. Michel BIARD, président de la SER, 61 rue Lord Kitchener, 76600 LE HAVRE), soit via Internet, à partir du 16 juin.

Par ailleurs, le nombre de places disponible pour la représentation théâtrale (le 19 septembre en fin d’après-midi) devrait être très limité, donc seules seront retenues les premières inscriptions arrivées et dans la limite des places disponibles (il convient donc de bien spécifier si votre inscription pour le vendredi 19 souhaite comprendre ou non le spectacle).

Par une tradition qui remonte à l’Antiquité, le XVIIIe siècle s’est largement interrogé sur la nature, la nécessité politique et les formes de la vertu publique ; est-elle une spécificité du régime démocratique, ou doit-elle s’imposer à tout régime ? Doit-elle être une exception, ou doit-elle s’imposer partout ? Les protagonistes de la Révolution reprennent le questionnement et, dans leur construction d’un nouveau régime politique, ils envisagent d’emblée, dès 1789, la vertu publique comme une nécessité. La naissance de la république à l’automne 1792 confirme et renforce cette conviction ; l’entrée dans un régime d’exception, en 1793, ne la fait pas disparaître. Qui ne connaît le célèbre discours de Robespierre associant la vertu et la terreur, la première impuissante sans la seconde, la seconde funeste sans la première ? La vertu est au cœur même de l’attente politique des années 1790, même pendant cette période, aux limites incertaines, que l’historiographie nomme le plus souvent « la terreur ».
Pour autant, au-delà du cercle des historiens, le mot vertu n’est pas sans poser problème, la dimension politique du terme s’étant en partie effacée des mémoires. Il est vrai que les liens entre la vertu publique et les vertus privées sont étroits ; il est vrai aussi le mot vertu revêt des acceptions en partie distinctes chez Robespierre, Saint-Just ou d’autres encore ; il ne repose pas forcément sur les mêmes fondements intellectuels. Concrètement, c’est entre autres dans la vie parlementaire que s’est exprimée l’exigence de vertu publique, dès lors que l’engagement politique des législateurs impliquait nombre de conséquences lourdes de sens. Comment concevoir et encadrer l’engagement d’un citoyen au service du Souverain ? Pour garantir son désintéressement, son service prioritaire du public, sa vertu donc, faut-il limiter ses pouvoirs, le nombre de ses mandats, la durée de son engagement ? Jusqu’où la parole et le geste du député sont-ils libres, couverts par l’« inviolabilité » décrétée dès 1789 et ancêtre de notre actuelle immunité parlementaire ? Comment concilier cette « inviolabilité » et le fait que la Constitution de 1791 autorise l’Assemblée à mettre en accusation l’un de ses membres pour des faits « criminels » ? S’agit-il ici simplement de mettre au jour des « affaires » douteuses et de poursuivre en justice des députés corrompus, ou bien est-ce là une possibilité d’aller bien au-delà pour peu que des faits et discours politiques soient criminalisés ? La meilleure sauvegarde d’un député résiderait-elle alors dans un silence prudent et une modération politique de bon aloi qui lui éviteraient de s’attirer les foudres de ses adversaires ? Enfin, dès lors que la vertu relève d’une exigence révolutionnaire, quelques cas de députés corrompus peuvent-ils suffire à jeter le discrédit sur leurs collègues et à faire naître en France les premiers germes d’un antiparlementarisme ?
Les questions sont posées. Elles ne le sont pas seulement pour le temps de la Révolution, mais pour l’ensemble des XIXe et XXe siècles. Constamment, elles sont reprises et évoluent au fil des régimes. Certes, pour étudier « l’engagement politique du législateur, le présent colloque entend interroger avant tout le moment clef de la Révolution française, mais il ne négligera pas pour autant les racines plus ou moins lointaines du mot « vertu » et ouvrira la réflexion sur quelques séquences des XIXe et XXe siècles au cours desquelles a resurgi cette question de la nécessaire vertu des législateurs.

Comité scientifique : Sylvie Aprile (Université Charles de Gaulle – Lille 3), Haim Burstin (Université de Milan), Yves Déloye (Sciences-Po, Bordeaux), Annie Duprat (Université de Cergy-Pontoise), Lynn Hunt (Université de Californie, Los Angeles), Jean-Pierre Jessenne (Université Charles de Gaulle – Lille 3), (Peter McPhee (Université de Melbourne), Claude Mazauric (Normandie-Université, Rouen), Raymonde Monnier (CNRS), Timothy Tackett (Université de Californie, Irvine).

Comité d’organisation : Serge Aberdam (INRA Paris), Marc Belissa (Université Paris X Nanterre), Michel Biard (Normandie-Université, Rouen), Philippe Bourdin (Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand), Jean-Claude Caron (Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand), Alain Chevalier (Musée de la Révolution française, Vizille), Hervé Leuwers (Université Charles de Gaulle – Lille 3).

 


Vous aimerez aussi...