Appel à communication : « La parcelle dans tous ses états… entre histoire et projets urbains »

Appel à communication : « La parcelle dans tous ses états… entre histoire et projets urbains »

Groupe Transversal du LABEX Futurs Urbains : Usages de l’histoire et devenirs urbains

Journée d’étude du 18 juin 2014

Université Paris-Est Créteil
61 av. du Général de Gaulle, 94010 Créteil
La parcelle a été déconsidérée par l’urbanisme de plan-masse dont la pratique s’est répandue dans les grandes opérations publiques de l’après-guerre. Ce constat s’applique aussi bien aux régimes économiques capitalistes que socialistes. Dans les anciens pays du bloc soviétique, la délimitation parcellaire a été un des enjeux de la transition vers une économie de marché, à la fois du point de vue de la restitution du droit de propriété qu’en raison des réseaux urbains (eau, chauffage) qui avaient été installés sans tenir compte de la concordance entre leur tracé et les voies publiques de surface. A l’ouest la question du redécoupage des grands ensembles pour des raisons sécuritaires et d’entretien des espaces libres a fait l’objet de débats entre bailleurs sociaux, architectes et paysagistes. Le principe de la « résidentialisation » l’a emporté dans de nombreux cas.

Plus tardivement dans les opérations nouvelles, les années 1990-2000 ont vu émerger des expériences diverses sur la parcelle qui allaient dans le sens d’un nouveau pittoresque urbain : en France, le concept de la « ville de l’âge 3 », appliqué par Christian de Portzamparc sur plusieurs îlots de la ZAC Tolbiac, dissocie un sous-sol commun de parkings avec un parcellaire en surface où s’applique une réglementation complexe qui encourage un paysage bâti non uniforme. A Berlin, la doctrine de la « reconstruction critique » a conduit à reconstituer un parcellaire artificiel dans le quartier de la Friedrichstrasse pour restaurer l’image de la ville « bourgeoise » – voire pré-industrielle – antérieure aux bombardements, ce découpage de façade entrant en contradiction avec la concentration de plus en plus grande des investissements immobiliers qui s’applique à l’échelle d’îlots entiers. Dans la rénovation urbaine de grandes friches, la question parcellaire interroge les rapports publics-privés et la mixité urbaine, comme les ZAC de la Confluence à Lyon ou du Trapèze à Boulogne-Billancourt, où les investissements concédés par de grands consortiums s’appliquent à des « macro-lots » redécoupés en programmes allant du logement social – rétrocédé une fois construit à des bailleurs sociaux – à des appartements haut de gamme. Dans ces grandes co-propriétés, la gestion sur le long terme des parkings communs, des réseaux de chauffage et de récupération des eaux de pluies est une des questions posées à la mutabilité dans le temps du système parcellaire.

Autrement dit, la parcelle, le parcellaire ou plus largement la morphologie urbaine, peuvent à nouveau aujourd’hui, être interrogés à bon compte. Si l’on veut bien admettre que la parcelle est la projection au sol d’un rapport de propriété légal ou coutumier, elle peut être définie comme la plus petite unité possible d’exploitation et d’investissement sur le sol, que ce soit à des fins de mise en culture ou d’urbanisation. Suivant le système de propriété en vigueur (féodal, capitaliste, collectif, mixte), elle peut faire l’objet d’échange, de transmission, de revente, de contrat de bail, de remembrement, servir de base à l’imposition, mais en tant que bien marchand, elle n’est pas un bien reproductible.

« Interroger » l’histoire de la parcelle, c’est interroger :

• Le système foncier à l’origine de son existence. Ce système foncier résultant de la conjonction entre le système de propriété, la capacité d’investissement immobilier, les contraintes topographiques, les techniques agricoles ou de construction, et les usages du temps, voire les contraintes fiscales qu’il induit.
• L’évolution des règlementations urbaines qui vont à la fois encadrer les usages et la densité, et fixer la valeur marchande de la parcelle. Plus récemment les règlementations urbaines incluent certaines contraintes environnementales qui influent sur la gestion économique de la parcelle.
• La dialectique entre le tracé originel, sa géométrie, ses dimensions, et le type d’architecture qui s’y installe, défini comme un standard culturel ; entre la permanence du tracé originel et les mutations économiques, techniques et d’usage.
• Les discours sur la forme urbaine qui, parfois indépendamment des régimes économiques en place, s’affranchissent d’un redécoupage parcellaire ou bien, tout au contraire, postulent une historicité patrimoniale aux tracés ayant existé en adaptant les formes et les programmes à construire.
• La nature et l’épaisseur du sol. Le principe parcellaire implique la reconnaissance du sous-sol et de ses réseaux, et des contraintes topographiques, techniques et environnementales qui s’y appliquent.

Cette première journée d’étude est destinée à faire l’inventaire des renouvellements conduits depuis les travaux pionniers des années 1960 dans une démarche pluridisciplinaire et transpériode.

Les propositions de communication peuvent être envoyées en français, en anglais ou en italien.
Elles comporteront un titre et un résumé d’environ 1500 signes, les coordonnées de l’intervenant (nom, prénom, fonction et rattachement institutionnel, courriel, adresse postale)

Les propositions de communication devront être adressées avant le 15 avril à corinne.jaquand@orange.fr et bourillon@u-pec.fr.
Florence Bourillon Université Paris-Est Créteil CRHEC
Corinne Jaquand, ENSA Paris-Belleville, IPRAUS-UMR AUSSER

 


Vous aimerez aussi...