Communiqué de Jean-Marie Le Gall et Alain Tallon – Agrégation histoire

Chère collègue, cher collègue,

Depuis plusieurs mois maintenant, le jury d’agrégation d’Histoire connaît une crise grave qui n’a pas trouvé de solution satisfaisante. Nous sommes maintenant dans une impasse, qui ne peut que porter préjudice aux candidats, décourager les préparateurs mais aussi nuire au concours lui-même comme à l’enseignement de notre discipline dans l’enseignement secondaire et supérieur. Responsables de deux UFR qui comptent de très nombreux candidats au concours, nous nous sentons tenus de relancer le débat sur la participation au jury, dans le plus profond respect des positions et des attitudes qui se sont exprimées jusqu’ici et qui, dans leur diversité et parfois même leurs antagonismes, sont dictées par l’inquiétude très vive que nous ressentons tous devant les évolutions de ces dernières années et les incertitudes actuelles.

Il n’en reste pas moins que nous devons faire un constat : dans trois périodes, en histoire ancienne, médiévale et contemporaine, un jury d’oral sera constitué avec des universitaires spécialistes des questions au programme. Les collègues qui ont accepté d’y participer l’ont fait parce qu’ils estimaient de leur devoir de le faire, tout comme nos collègues qui ont démissionné du jury. Ce ne sont pas des choix faciles et nous pensons que notre communauté doit tout en menant un légitime débat conserver son unité si elle veut affronter les défis qui l’attendent.

En histoire moderne, la question mise au programme, passionnante et ambitieuse, requiert des compétences qui ne sont pas représentées de façon massive dans l’université française. Les possibilités pour trouver des collègues à même de garantir la qualité scientifique du concours en sont d’autant plus réduites. Mais il serait absolument catastrophique justement que l’histoire moderne soit, à l’inverse des trois autres périodes, représentée au jury d’oral par des collègues aux spécialités très éloignées du programme, voire par des collègues non-universitaires. Ce serait gravement pénaliser notre période, dont l’évaluation n’aurait pas la même qualité scientifique que les autres et ouvrirait la voie à des évolutions que personne ne souhaite : on peut imaginer un alignement sur le capes avec trois périodes seulement, une modification du programme de moderne dès la session 2015, ce qui pénaliserait les candidats redoublants qui auraient fait l’effort d’investir sur une question très difficile, un écartement durable de toute question sortant un peu des intitulés les plus classiques, au détriment du lien nécessaire entre recherche historique la plus actuelle et concours de recrutement de l’enseignement secondaire. On peut aussi imaginer par défaut de candidature universitaire un jury de moderne entièrement composé de nos collègues de CPGE.

Devant ces conséquences prévisibles, nos collègues modernistes qui sont sollicités pour participer au jury ne doivent pas être laissés seuls à assumer leur décision, qu’elle soit positive ou négative. Il ne s’agit pas de revenir sur ce qui a été dit avec fermeté par nos associations au moment de la démission du jury et notamment sur l’absolue nécessité de règles claires et transparentes pour les procédures de nomination et d’alternance des présidents de jury, au capes comme à l’agrégation, et d’un équilibre et d’une collaboration étroite et confiante entre les diverses composantes du jury. Mais la situation de pourrissement actuel ne peut satisfaire personne. Nous demandons donc aux collègues spécialistes de la question au programme de s’entendre entre eux pour que le jury d’oral en histoire moderne soit bien composé d’universitaires à la compétence reconnue dans ce domaine, sans préjuger aucunement de leur appréciation sur les événements de l’été. Nous demandons à la communauté des modernistes de soutenir ces collègues, quels que soient là encore nos avis sur ce qui s’est passé : notre unité sera le meilleur moyen d’exiger à l’avenir le respect des procédures qui ont toujours présidé à la désignation dans la sérénité de présidents et de jurys à la compétence reconnue.

Nous vous prions de croire, chères collègues, chers collègues, en nos sentiments les plus cordiaux

Jean-Marie Le Gall, Directeur de l’UFR d’Histoire de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Alain Tallon, Directeur de l’UFR d’Histoire de l’Université Paris IV Sorbonne


Vous aimerez aussi...