Appel à article : Revue d’Histoire Maritime, n°22, 2015/2, Presses Universitaires de Paris-Sorbonne

L’économie de la guerre navale, de l’Antiquité au XXe siècle

Revue d’Histoire Maritime, n°22, 2015/2, Presses Universitaires de Paris-Sorbonne

Pour son numéro 22 de l’automne 2015, la Revue d’Histoire Maritime consacre un dossier à l’Economie de la guerre navale.

Qu’il s’agisse d’une force navale ponctuelle ou d’une marine permanente, l’effort économique et financier subséquent pour les obtenir a toujours été colossal. Entre la construction des flottes proprement dite, l’entretien des infrastructures portuaires ou de défense et la mobilisation humaine, la puissance commanditaire a dû se doter d’une organisation et de partenaires idoines pour supporter ces investissements. L’objectif de ce numéro est de saisir les mécanismes économiques et financiers de la mobilisation navale.

Dès lors, les articles pourront dans un premier temps embrasser tous les dispositifs fiscaux et financiers, exceptionnels ou pérennes, spécifiquement élaborés pour répondre à ce type d’effort militaire. Toutefois, au-delà d’une simple description des outils, et chaque fois que cela est possible, il conviendra de lier leur apparition au contexte global de prise de décision. La mise en place d’une contribution ou le recours à des soutiens financiers sont souvent l’aboutissement d’une réflexion allant de la prise de conscience des besoins au choix d’une solution de compromis pour y répondre. On accueillera favorablement des communications mesurant le poids des flottes de guerre dans l’économie globale d’une cité ou d’un Etat et, en prolongement, les papiers qui traiteront des débats entre économistes ou décideurs à propos de l’opportunité de la construction ou du maintien d’une telle force. De même, il pourra être nécessaire de mesurer les conséquences des difficultés d’un système économique – problème de financement, rupture d’approvisionnement – sur la mobilisation des flottes.

Intimement liée à la construction de l’Etat, qu’elle en soit le moteur ou le résultat, la guerre a également eu des implications sur l’architecture des administrations et les a, parfois, contraintes à innover en matière de gestion. Il s’agira ici d’analyser les transformations spécifiques induites par la guerre navale. Enfin, une large place sera faite à l’ensemble des acteurs qu’ils soient banquiers, financiers, fournisseurs ou entrepreneurs. Dépassant la galerie de portraits, il s’agit ici de fournir des grilles de lecture socio-économiques des partenaires impliqués tout en veillant à identifier les différents réseaux dans lesquels ils s’inscrivent. Dans ce dernier item on tâchera d’apporter un éclairage sur les modalités du dialogue économique entre ces hommes et leur commanditaire (traités, marchés publics, cahiers des charges…).

Ces quelques pistes ne sont pas exhaustives et le comité de rédaction de la revue veillera à prendre en compte toutes les propositions. Par ailleurs, les contributions pourront s’inscrire sur l’ensemble des périodes historiques et des aires géographiques et culturelles. Enfin, les études de cas sont acceptées dès lors que l’auteur proposera une montée en généralité en conceptualisant ou en offrant des comparaisons à différentes échelles. Les articles pourrons être rédigés en français ou en anglais et seront évalués par le comité de lecture de la Revue d’Histoire Maritime. Les propositions de communication, composées d’un titre, d’un résumé d’une page maximum et d’un court CV (en indiquant le rattachement administratif), sont à envoyer avant le 1er décembre 2013.

Calendrier de publication

Clôture de l’appel à communication : 10 décembre 2013

Annonce des communications retenues : 16 décembre 2013

Remise des textes : 1er octobre 2014
Les propositions d’articles sont à envoyer au coordinateur du numéro à l’adresse suivante : RHM-2015@orange.fr

Consignes d’édition

Les auteurs retenus recevront les consignes de publication des Presses Universitaires de Paris-Sorbonne courant décembre 2013. La taille des textes est limitée à 40.000 signes (espaces compris).

Pour en savoir plus sur la Revue d’Histoire Maritime : ici


Vous aimerez aussi...