Cycle de conférences de Peter Burke à l’université de Caen

CouvertureCycle de conférences de Peter Burke à l’université de Caen

Programme des interventions :

1- Mercredi 4 décembre, 14h30-17h : « Histoire, géographie et sociologie des savoirs : essor, développement et problèmes », Master Class, MRSH, salle des Actes :

Discutants :

– Pierre Bergel (Maître de conférences en géographie, UCBN, ESO UMR 6590)

– Salvador Juan (Professeur de sociologie, UCBN, CERReV EA 3918)

– Nicolas Lyon-Caen (Chargé de recherches au CNRS en histoire, UCBN, CRHQ UMR 6583)

Résumé :

Née de l’histoire des sciences naturelles et des sciences sociales, l’histoire des savoirs a connu un développement important ces dernières années. A quoi cela est-il dû ? Quels sont les principaux problèmes auxquels ses historiens sont confrontés ? Quelles sont les relations entre cette façon de faire de l’histoire, l’héritage de la sociologie de la connaissance ( Wissensoziologie ) et la nouvelle anthropologie des savoirs ? Quelle est l’importance des changements d’échelles (du macro – centres et périphéries – au micro) dans cette histoire des savoirs ? Pour répondre à ces interrogations, Peter Burke défendra une approche tridimensionnelle qui concernera autant la chronologie et la géographie que la sociologie des différents savoirs.

 

2- Jeudi 5 décembre, 10h-16h30 : « L’histoire culturelle au contact des sciences humaines et sociales », intervention dans le séminaire pluridisciplinaire d’histoire culturelle du CRHQ en partenariat avec l’IMEC, séance à l’Abbaye d’Ardenne :

Intervention présentée en parallèle de ce thème par :

– Daniel Roche (Professeur d’histoire au Collège de France) : « L’histoire culturelle au regard de l’histoire sociale »

Résumé :

Les réflexions autour de l’histoire culturelle et de ses disciplines voisines feront le point de la situation passée, présente et traceront des perspectives pour le futur : 1- À la fin du XVIII e siècle en Allemagne, ce que l’on nomme à partir de cette époque « histoire culturelle » ( Kulturgeschichte ) se distingue des histoires plus spécialisées de l’art, de la musique, de la littérature, de la philosophie, etc. Près d’un siècle plus tard, une nouvelle discipline apparaît, appelé folklore ou Volkskunde . Au début du XX e siècle, Marc Bloch et Johan Huizinga tirent quant à eux profit des apports de l’anthropologie. 2- « Aujourd’hui » (plus ou moins dans les trente dernières années), l’histoire culturelle a tendance à empiéter sur d’autres disciplines (littérature, anthropologie, sociologie, géographie) et sur d’autres formes d’histoire (histoire de l’art, histoire intellectuelle, histoire des sciences). 3- Et demain ? Ce sera peut-être au tour d’autres disciplines d’empiéter sur l’histoire culturelle. Trois domaines semblent particulièrement concernés : l’histoire de l’environnement, le renouveau des théories sur l’évolution socioculturelle et l’essor des neurosciences.

 

3- Vendredi 6 décembre, 14h-17h : « L’hybridation des cultures dans le monde hispanique », intervention dans le séminaire pluridisciplinaire « Le temps de l’empire ibérique », Bâtiment de Droit, salle du Belvédère :

Discutants :

– Isabelle Poutrin (Maître de conférences HDR en histoire moderne, Université Paris-Est, CRHEC EA 2352)

– Eric Leroy du Cardonnoy (Professeur de civilisation germanique, UCBN, ERLIS EA 4254)

Résumé :

Le point de départ de cette conférence est l’interprétation de l’histoire espagnole comme l’interaction entre les trois cultures juive, chrétienne et musulmane. Les débats sur cette interaction sont souvent centrés sur le Moyen Âge, mais la Renaissance espagnole, comme les autres renaissances européennes, peut aussi être analysée sous cet angle. Différentes formes d’hybridations culturelles ont émergé de l’essor des empires espagnol et portugais en Asie, en Afrique et surtout dans le Nouveau Monde. L’interaction entre les cultures européennes, africaines et amérindiennes a produit de nouvelles formes de religion, de langage, d’art et de musique. Le fait que les colonisateurs espagnols et portugais aient été plus disposés que les Britanniques, les Français et les Hollandais à accepter ces interactions est peut-être lié à leur passé médiéval.

Cette troisième intervention rejoint le nouveau programme d’agrégation.

Pour plus de renseignements voir ici

Contacts : eva.guillorel@unicaen.fr ou alain.hugon@unicaen.fr .


Vous aimerez aussi...