La famille normande : mobilité et frustrations sociales au siècle des Lumières

couvertureJérôme Luther Viret, La famille normande : mobilité et frustrations sociales au siècle des Lumières, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013.

Au prix de menus ajustements, les piliers de la domination masculine restèrent bien en place en Normandie pendant tout l’Ancien Régime. Le principe de l’établissement des enfants hors de la maison des parents s’accompagnait d’intenses mouvements migratoires. De ces processus, la localité ici scrutée, Argences, dans la plaine de Caen, témoigne plus que d’autres localités, en raison de son « attractivité », pour partie économique, pour partie fiscale.

Avec une préface de Gérard Béaur.

Lien éditeur ici

Sommaire

1e partie – L’autre pays de la préférence masculine
Chapitre I – L’éviction des filles

Chapitre II -Les droits des filles

Chapitre III- Trouver un conjoint et s’établir

Chapitre IV -Les assurances procurées aux veuves

Chapitre V -Les sociétés familiales

Chapitre VI -La tutelle

 

2e  partie – Accéder aux ressources

Chapitre I – Argences, son terroir et ses habitants

Chapitre II –  Le temporel des religieux de Fécamp

Chapitre III – La domination seigneuriale

Chapitre IV – Le marché foncier

Chapitre V – Le marché locatif

Chapitre VI – Le crédit et l’endettement

 

3e partie – Familles et mobilité sociale
Chapitre I – Erosion des revenus et polarisation sociale

Chapitre II – Reconfigurations familiales et polyvalence

Chapitre III – Épilogue : l’accueil des lois révolutionnaires


Vous aimerez aussi...